+33(0)6 60 73 25 72

lionelfourneaux[at]nerim.net

bio en

Lionel Fourneaux est né à Suresnes le 1er mars 1954. C'est avec un Instamatic Kodak offert par son père qu'il fait tout jeune ses débuts en photographie en assumant la mémoire visuelle de la vie de sa famille (une matière/manière qui sera la sienne par la suite). Il découvre pleinement cette discipline grâce à des amis passionnés durant ses études de lettres à la Sorbonne à Paris.
Fort de ses incertitudes, il commence à montrer ses premières recherches et obtient ainsi en 1979 le prix du jeune photographe aux Rencontres Internationales de la Photographie à Arles ainsi qu'une bourse de la Fondation Nationale de la Photographie à Lyon. Il participe ensuite à l'aventure de la page courrier du journal Libération et découvre le monde de la scène et ses acteurs en travaillant de 1982 à 1988 au Théâtre National de Chaillot, dirigé alors par Antoine Vitez.
Les années 90 voient sa recherche subir une transformation profonde. Il délaisse assez brusquement les joies de la cueillette pour une pratique plus réflexive, plus grave. Il interroge la matière, le sens et l'usage des images à l'aide d'un dispositif de prise de vue à la verticale, voire sans appareil de prises de vue. Il met ainsi en espace des dispositifs photographiques faisant appel soit aux photographies prises depuis toujours, un véritable gisement pour une exploitation nouvelle, soit aux images et écrits des autres, du monde, une manière de mettre en regard passé et présent, intime et collectif, reproduction et intervention. Ayant réduit au minimum le geste proprement photographique, il manipule inlassablement les images d'images afin d'en creuser le sens et les expose à des traitements qui les altèrent et les métissent pour une lecture nouvelle et critique. Peau de chagrin, Libre de droits, Présomption d'innocence, ensembles d'images défocalisées sur la mémoire de la guerre et de l'origine ont été exposées à la Galerie Emmanuel Perrotin en 1994, au Centre d'Art Contemporain de Basse-Normandie en 1995 et à la galerie Le Réverbère en 1996. La pièce Bruit de fond (1998), hantée par la nécessité de la transmission des histoires, est montrée à la Galerie Le Réverbère en 1998, à Genève et Marseille en 1999... La pièce La mort dans l'âme où il consume le support photographique est exposée à Toulon en 2002, au Réverbère en 2006 et à la galerie Baudelaire à Anvers en Belgique en 2009.
Plus récemment et dans la foulée de l'avènement du numérique et des possibilités de la numérisation, Lionel Fourneaux magnifie dans la pièce Zapping le point de trame d'images collectives collectées dans la presse écrite, travail exposée en 2008 à la galerie Vol de nuits à Marseille. Il associe dessins d'enfants et images personnelles dans la série Attractions montrée à la galerie le Réverbère en 2012, s'attarde sur la beauté écorchée des constructions en chantier dans le secteur du bâtiment qu'il photographie professionnellement avec la série Les attentes ou interroge dans la pièce Lieux communs la vacuité des images des décors standardisés du monde tertiaire à l'aide de dialogues fictifs et convenus. Avec la pièce Un, deux, trois, soleil !, il continue de creuser la piste de l'intime et tire les leçons de l'âge en mettant en page des photogrammes tirés des films VHS sur ses enfants, un travail exposé à la galerie le Réverbère dans l'exposition de groupe La double vie des images en 2015, puis à Grignan dans l'exposition Un temps dilaté.
Lionel Fourneaux s'est aussi engagé pendant une douzaine d'années dans une action pédagogique et artistique en milieu scolaire et universitaire (plus de 25 ateliers en région PACA, Rhône-Alpes et Ile-de-France). Il a été ainsi invité à partager son expérience dans divers colloques sur la photographie, Arles, Dijon, Istres, Marseille, Valence...
Ses photographies se trouvent dans de nombreuses collections publiques et privées.
Lionel Fourneaux est membre du studio Hans Lucas depuis octobre 2016, il a été coopté par Francis Jolly.

Lionel Fourneaux was born in Suresnes on March 1st, 1954. His began his photographic career at an early age, using a Kodak Instamatic given him by his father, and taking responsibility for the visual memory of his family (a means and a subject that he was to make his own). While studying literature at the Sorbonne in Paris, his friends' enthusiasm for photography led him to explore this discipline more fully. Armed with his doubts, he began to show his first attempts, and in 1979 was awarded the Young Photographer prize at the Rencontres Internationales de la Photographie in Arles, together with a grant from the National Foundation of Photography in Lyon. Lionel Fourneaux then worked on the Letters page in the newspaper Libération, and discovered the world of the theatre by working from 1982 to 1988 at the Théâtre National de Chaillot, directed at that time by Antoine Vitez.
His research underwent a profound transformation during the 1990s. He suddenly swapped his dilettante approach for a more reflective and serious style of work, exploring material, meaning and the use of images by means of a vertical photography device, or no device at all. This led him to produce photographic work either using photographs taken a long while ago (a veritable mine of material waiting to be re-used), or pictures and texts by other people - a means of juxtaposing past and present, personal and collective, reproduction and intervention. Having minimalized the truly photographic act, he tirelessly manipulates images of images, exploring their meaning, altering and hybridizing them to provoke new, critical interpretations. Series of defocalized images on memories of war and origins, entitled Peau de chagrin, Libre de droits, and Présomption d'innocence, were exhibited at the Emmanuel Perrotin gallery in 1994, at the Contemporary Art Centre of Lower Normandy in 1995, and at Le Réverbère gallery in 1996. The piece entitled Bruit de fond (1998), inspired by the need to pass on stories, was shown at Le Réverbère in 1998, in Geneva and Marseille in 1999... The piece entitled La mort dans l'âme was exhibited in Toulon in 2002 and at Le Réverbère in 2006.
More recently, as digital photography and digitalization were opening new avenues, Lionel Fourneaux magnified halftone dots from press images in his Zapping series, exhibited in 2008 in the Vol de Nuits Gallery in Marseille. In Attractions, shown in the Réverbère Gallery in 2012, he joined children's drawings and personal images. He meditated on the stark beauty found in construction sites that he was photographing professionally in a series entitled Les Attentes. In Considerations he added formulaic dialogues for a study of the vacuous, standardised views of the tertiary sector. In Un, Deux, Trois, Soleil!  he returned to a more personal exploration, drawing lessons on age through still frames from VHS tapes of his children. This was shown in the Réverbère Gallery as part of a 2015 group show, La Double Vie des Images, and later in Grignan in a show entitled Entre intime et autoportrait [Un temps dilaté].
Lionel Fourneaux now divides his time between his family life in Marseille, his photographic research, and his many artistic interventions in schools and universities. He is invited to take part in various photography conferences: Arles, Dijon, Istres, Marseille, Valence...
His photographs feature in many both public and private collections.

Lionel Fourneaux

Based in Marseille (France)

portfoliosee archive

Epaves

Tempête Ana à Marseille le 11 décembre 2017

Attractions

Le principe de cet ensemble consiste à associer « librement » dessins d'enfants et photographies personnelles. Malgré le caractère d'intime évidence de certaine (...)

Libre de droits

Peut-être que la photographie n'est qu'une maladie du regard, qu'elle n'est advenue que pour rendre le regard aveugle et justifier son aveuglement. Ce travail d (...)

C'était écrit

Exemplaires du journal Libération détrempés, manipulés et photographiés en l'état.

La ville dans ses plis

Filigrane mat

Vous avez d'abord là une collection de fragments de quotidien, en vestiges archéologiques, posés sur une sorte de velours noir, mais plus noir encore, sombre au (...)

Les attentes

Temps de la construction avant rénovation ou après le gros oeuvre où le bâtiment en cours de métamorphose donne à voir la beauté de sa structure révélée.

Campagne de Claire Pitollat, candidate LREM à Marseille dans la…

Rencontre de Claire Pitollat et de ses "marcheurs" avec les habitants du quartier de St Giniez dans le 8e arrondissement. Soirée du 2e tour aux Catal (...)

Notes de voyage - New York 2009

Mars 2009. Comme je l'ai déjà fait avec sa soeur aînée quelques années plus tôt, j'accompagne ma fille Rachel et ses 18 ans à la découverte des rues glacées de  (...)

Slow

A hauteur d'homme

Suivi photographique - 2013 / 2016 - de la construction par le Groupe SNI (Société Nationale Immobilière) de la résidence "Les rives de l'Huveaune" à (...)

Notes de voyage - New York 2014

En ce mois de juillet 2014, mon petit appareil photo de voyage en poche, je déambule une nouvelle fois dans les rues de New York. Dans une posture d'observateur (...)

Notes de voyage - New York 2015

Scènes de rue à New York en été

Un mistral à décorner les boeufs

Gravitations

Les éléments. Ciels, plages et rochers à marée basse sur les rivages de l'Atlantique en France, en Espagne et au Portugal.

Lieux communs

Compositions photographiques associant des images d'espaces souvent désertés d'un monde "tertiaire" de travail ou de villégiature flanquées de courts  (...)

Lacunes 1997

La série Lacunes a été réalisée à partir d'un vieux stock de papier quadrillé, préalablement découpé en bandes, retravaillé - déchirures, lacérations, coupures, (...)

La mort dans l'âme 2000

Tentative de destruction d'un film noir et blanc moyen format par grattage avec du papier de verre

Roumanie industrie

Reportages pour le compte du Groupe SNEF sur des chantiers dans le secteur de industrie et des infrastructures ferroviaires en Roumanie

Industrie Région PACA

Reportages effectués dans le secteur de l'industrie pour le compte du Groupe SNEF, basé à Marseille, et spécialisé dans les métiers du génie électrique, des cou (...)

La Martinique, une tentative impressioniste

Closer

Closer, le spectacle des corps sur la plage par un oeil indiscret

Loulita hôtel

Enfances