0631381981

jeanfrancoisfort86[at]gmail.com

bio en

Jean-François Fort est né près de Poitiers où il vit encore aujourd'hui. Il devient infirmier psychiatrique en 1986 mais progressivement sa relation au livre et au voyage le conduit à s'intéresser à la photographie. Il suit les cours de l'école de photographie de Serge Gal : "Image Ouverte" dans le Gard (1991/1992) puis effectue un stage de laboratoire, encadré par Guillaume Geneste, aux éditions "Contrejour" de Claude Nori à Paris.
Des séjours à l'étranger donnent lieux à des expositions et parutions en France et occasionnellement dans d'autres villes du monde. Le plus souvent, ses travaux sont réalisés en collaboration avec des poètes, écrivains, calligraphes, chercheurs d'Universités... 
Aujourd'hui ses centre d'intérêts se déplacent vers des sujets plus sociaux et parfois moins lointains comme par exemple les migrants arrivés dans sa ville de Poitiers. Il répond aussi à des commandes diverses.
L'être humain est sans conteste le sujet principal de ses images, même lorsqu'il en est absent. 
En 2013, l'écrivain et artiste Claude Margat écrivait au sujet de son travail:
"...Comme l'univers dont il est l'un des aspects, le visage humain reste une énigme que le regard du photographe Jean-François Fort ne cesse d'interroger. Car le visage est bien le lieu et même le seul endroit de la personne humaine où se condense une présence pour nous aussi vague qu'essentielle : l'humanité, la présence de ce qui fait que l'homme possède quelque chose de plus que son frère animal, la présence en sa propre personne d'un questionnement assez vif pour révéler la présence d'un abîme jusqu'alors invisible à nos yeux..."

Jean-François Fort was born near Poitiers where he still lives today. He became a psychiatric nurse in 1986 but gradually his relationship with books and travel led him to take an interest in photography. He follows the courses of the school of photography of Serge Gal: "Image Ouverte" in the Gard (south of France, 1991/1992) then he does a laboratory internship, supervised by Guillaume Geneste, in the editions "Contrejour" of Claude Nori in Paris.
Many stays abroad give rise to exhibitions and publications in France and occasionally in other cities of the world. Most often, his works are carried out in collaboration with poets, writers, calligraphers, University researchers ...
Today, his centers of interest are moving towards more social and sometimes less distant subjects such as, for example, migrants who have arrived in his city of Poitiers. It also responds to various commands.
Human beings are undoubtedly the main subject of his images, even when they are absent.
In 2013, the writer and artist Claude Margat wrote about his work:
"... Like the universe of which it is one of the aspects, the human face remains an enigma that the gaze of photographer Jean-François Fort never stops questioning. Because the face is indeed the place and even the only place of the human person where a presence that is as vague as it is essential for us is condensed: humanity, the presence of what makes man have something more than his animal brother, the presence in his own person of a questioning lively enough to reveal the presence of an abyss hitherto invisible to our eyes ... "

Jean-François FORT

Based in POITIERS (France)

portfoliorsssee archive

LES BRITANNIQUES DU POITOU (En cours)

Portraits de Britanniques installés dans le Poitou.

ETUDIANTS CONFINES POUR CAUSE DE COVID 19

Plusieurs centaines d'étudiants souvent étrangers, sont confinés dans les chambres de leurs résidences étudiantes de Poitiers.

ETUDIANTS CONFINES PUIS BLOQUES A LA ROCHELLE

Environ 200 étudiants sont restés confinés dans les locaux du CROUS de La Rochelle.

ROHINGYAS, DANS LES CAMPS DU BANGLDESH

En cette fin 2017, plus de 2000 Rohingyas viennent encore se réfugier quotidiennement dans les camps du Bangladesh, fuyant les violences qui leurs sont faites a (...)

HISTOIRES DE MIGRATIONS

Portraits de migrants photographiés à Poitiers, accompagnés de brefs récits de leurs parcours qu'ils ont bien voulu livrer. 

LES VIES BRISÉES DU RANA PLAZA

Le 24 avril 2013, le Rana Plaza s'effondre sur des travailleurs du textile faisant plus de 1000 morts; cette série de photographies présente des survivants et é (...)

DIRE DAOUA, UNE VILLE, UN TRAIN

La ville de Dire Daoua s'est développée autour de sa gare construite par les Français au tout début du 20 ème siècle. Cette gare est aujourd'hui appelée à dispa (...)

LE TEMPS DES CHAMANES

En avril 2019, à Genac en Charente, s'est tenu le 12ème festival international de chamanisme. 

DAULATDIA VILLE DE LA PROSTITUTION

A Daulatdia, au Bangladesh, plus de 1500 femmes sont livrées à la prostitution.

LES CARIATIDES DE GABTOLI (SABLE, CIMENT, BRIQUES)

Dans le port de Gabtoli, à Dhaka au Bangladesh, des milliers de travailleurs journaliers arrachent aux ventres des bateaux des montagnes de sable, graviers, cim (...)

LES CARIATIDES DE GABTOLI (CHARBON, BOIS)

Dans le port de Gabtoli, à Dhaka au Bangladesh, des milliers de travailleurs journaliers arrachent aux ventres des bateaux des montagnes de sable, graviers, cim (...)

LES ENFANTS PECHEURS DU LAC AWASSA

Sur le lac Awassa en Ethiopie, de nombreux enfants sont pêcheurs.

LE JOUR DES MORTS DANS UN VILLAGE EN EQUATEUR

2 novembre, "Jour des Morts", au cimetière de Punin.

MARCHÉ AUX DROMADAIRES DE BABILLE

Babille est situé à 30 kilomètres à l'est de Harar en Ethiopie, il s'y tient 2 fois par semaine un marché aux dromadaires.

CHRETIENS ORTHODOXES D'ETHIOPIE

En Ethiopie, plus de la moitié de la population est chrétienne, soit environ 60 millions de personnes dont une large majorité d'Orthodoxes.

MARCHÉS D'ÉQUATEUR

Dans la région du Chimborazo en Equateur, les marchés drainent une population rurale composée en grande partie d'indigènes et de métis.

LES RICKSHAW DRIVERS DU BANGLADESH

La seule ville de Dacca, capitale du Bangladesh, compterait plus de 500 000 conducteurs de rickshaws.