+52 1 55 35 63 99 38

0619345559

patxi.beltzaiz[at]gmail.com

bio en

Mes premières photographies datent de la fin des années 90, lorsque j'ai parcouru les villages du Pays Basque pour photographier et vivre les carnavals traditionnels. Ce travail aboutit à une première exposition au Musée Basque de Bayonne.
En 2001-2002, je me forme à la pratique photographique à l'ETPA de Toulouse. Par la suite, je collabore avec l'anthropologue Thierry Truffaut pour documenter les fêtes traditionnelles du Pays Basque. De 2005 à 2008, ces photographies sont publiées par Pays Basque Magazine (éditions Milan).
En 2004, je m'installe à Marseille où je travaille essentiellement pour le service communication de la Friche Belle de Mai, tout en ayant des publications occasionnelles avec différents titres de presse.
En 2006, je rejoins le collectif Contre-Faits avec l'envie d'approfondir les rapports entre photographie, politique et mouvements sociaux.
Je réalise alors une série de portraits et interviews sur la mémoire républicaine de la guerre d'Espagne. Ce travail aboutit à une exposition puis au livre «NO PASARAN!... Portraits de combattant-e-s de l'Espagne républicaine», coédité par Contre-Faits et L'Atinoir en 2009.
De 2010 à 2012, je passe plusieurs mois en Colombie pour documenter l'expérience de résistance non-violente de la Communauté de Paix San José de Apartadó. Avec le soutien d'Amnesty International France et le fond Non-Violence XXI, ces photographies croisées avec les récits de Véro Traba prennent la forme d'une exposition et du livre « La stratégie du grain de sable », coédité par Contre-Faits et L'Atinoir en 2012
A partir de 2014, je multiplie les passages de plusieurs mois au Mexique. Avec l'écrivaine voyageuse Vero Traba, nous publions nos travaux latino-américains sur le blog « De l'autre coté du charco ».
De 2015 à 2019, je tiens la chronique photographique du quartier de La Plaine à Marseille, où j'habite. Ces photographies documentent la vie de quartier et la résistance des habitants opposés à un projet de gentrification.
Après plusieurs aller retour entre le Mexique et Marseille, je m'installe au Pays Basque, à Bayonne, en 2020.

My first photographs were taken at the end of the 90s, when I travelled through the Basque Country to photograph and experience the traditional carnivals. This work resulted in a first exhibition at the Basque Museum in Bayonne.
In 2001-2002, I trained as a photographer at the ETPA in Toulouse. Afterwards, I collaborate with the anthropologist Thierry Truffaut to document the traditional festivities of the Basque Country. From 2005 to 2008, these photographs are published by Pays Basque Magazine (Milan editions).

In 2004, I moved to Marseille where I work mainly for the communication department of the Friche Belle de Mai, while having occasional publications with various magazines.
In 2006, I joined the collective Contre-Faits with the desire to explore the connections between photography, politics and social movements.
I realized a series of portraits and interviews about the republican memory of the Spanish War. This work results in an exhibition and then in the book "NO PASARAN!.... Portraits de combattantant-e-s de l'Espagne républicaine", co-published by Contre-Faits and L'Atinoir in 2009.

From 2010 to 2012, I will spend several months in Colombia to document the experience of non-violent resistance of the Peace Community San José de Apartadó. With the support of Amnesty International France and the fund Non-Violence XXI, these photographs crossed with the stories of Véro Traba take the form of an exhibition and the book "La stratégie du grain de sable", co-published by Contre-Faits and L'Atinoir in 2012.

Starting in 2014, I will be going to Mexico for several months. With the travel writer Vero Traba, we publish our Latin American works on the blog "de l'autre coté du charco".

From 2015 to 2019, I will photograph the district of La Plaine in Marseille, where I live. These photographs document the life of the neighbourhood and the resistance of the inhabitants opposed to a gentrification project.

After several travels between Mexico and Marseille, I moved to the Basque Country, in Bayonne, in 2020.

Patxi Beltzaiz

Based in BAYONNE (FRANCE)

portfoliorsssee archive

PAYS BASQUE - LA CÔTE

Photographies sur la côte basque de Biarritz à Bilbao.

PAYS BASQUE - GERNIKA, MEMOIRE D'UN BOMBARDEMENT

Le 26 Avril 1937, en pleine guerre d'Espagne, la petite ville de Gernika subit le premier bombardement massif de population civile.

MARSEILLE - RESISTANCE DE QUARTIER. Chroniques de La Plaine.

A partir de 2015, la mairie de Marseille annonce un projet de requalification de la place. Un projet de gentrification pour en finir avec la vie populaire de ce (...)

MARSEILLE EFFONDRÉE, MARSEILLE SOULEVÉE.

Marseille, 5 novembre 2018, deux immeubles de la rue d'Aubagne s'effondrent. Cette série photographique est une chronique des réactions du peuple de Marseille s (...)

MEXIQUE - SAN JUAN YOLOTEPEC, UN CARNAVAL MIXTEQUE

Dans l'état de Oaxaca, San Juan Yolotepec est un petit village accroché sur une crête de la montagne mixtèque. Selon les dires des plus anciens, son carnaval re (...)

MEXIQUE - LA VELA DES MUXES

À Juchitan, au sud de Oaxaca, les « Auténticas Intrépidas Buscadoras del Peligro » organisent chaque année une grande fête. C'est la vela dite des Muxes. Les mu (...)

COLOMBIE - SI PRES DE MACONDO

Macondo, le village dont Gabriel García Márquez décrit la fondation et la chute dans « cent ans de solitude » à travers la saga de la famille Buendia n?est fin (...)

COLOMBIE - LA STRATÉGIE DU GRAIN DE SABLE

La Communauté de Paix San José de Apartadó s'est constituée le 23 mars 1997. Au milieu de la guerre entre gouvernement, guerillas et groupes paramilitaires, ces (...)

GUATEMALA - LES GARIFUNAS

Les Garifunas, caribéens noirs, débarquent en 1802 sur la cote guatémaltèque à l'embouchure du Rio Dulce.

HONDURAS - LES GARIFUNAS

Les Garifunas, caribéens noirs, débarquent en 1797 sur la cote du Honduras.

MEXIQUE - LA DANSE DES DIABLES A CUAJINICUILAPA

Sur la Costa Chica du Guerrero, à Cuajinicuilapa, pour la fête des morts, les afro-mexicains dansent durant trois jours.

MEXIQUE - Fête des morts dans la Sierra Mazateca

Pour les indigènes mazatèques, au moment de la fête des morts, les âmes des défunts reviennent sous la forme de Huehuentones, personnages masqués et magiques qu (...)

MEXIQUE - Fête des morts, Oaxaca

Au Mexique, la fête des morts est l'un des moments les plus importants où les familles retrouvent leurs morts. A Oaxaca, cette fête est particulièrement colorée (...)

MEXIQUE - ACTEAL, MEMOIRE D'UN MASSACRE.

Le 22 décembre 1997, 45 indigènes de la société civile « Las Abejas » sont massacrés dans le village d'Acteal, dans les montagnes du Chiapas, sud-est du Mexique (...)