Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Martin Bertrand / Photography

Le Mont Saint-Michel endormi  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

+ Lien vers la série: La frénésie du Mont Saint-Michel

Quand on l'aperçoit pour la première fois, le Mont Saint-Michel fait rêver. Pour les occidentaux, son apparence majestueuse peut faire penser à Poudlard de la saga Harry Potter ; et pour les asiatiques, il rappelle le film d'animation Le Château dans le Ciel de Hayao Miyazaki. En s'approchant de l'îlot, cette féérie disparaît peu à peu pour laisser place à un tourisme de masse typique de notre siècle. En effet, les plusieurs millions de visiteurs qui foulent ses pavés chaque année en font l'un des sites touristiques les plus fréquentés de France, et du monde entier. 

Une fois à l'intérieur, les conséquences de cette frénésie se remarquent facilement. Il est très difficile de circuler parmi la foule. On ne croise que des restaurants, des boutiques de souvenirs et des soi-disants musées. Ils sont réputés pour faire payer chère des prestations souvent médiocres. 

Ce qui fut un grand lieu de pèlerinage depuis le IXème siècle n'est plus qu'une simple attraction lucrative.



Cependant, une fois la nuit tombée, le Mont Saint-Michel révèle une toute autre facette de lui-même.

L'île étant une commune et non une simple attraction touristique, elle reste accessible durant toute la nuit. 

Vers minuit, les touristes ont fini de déguster une galette bretonne en guise de diner et les amateurs de photographie ont terminé d'immortaliser le couché du soleil sur la baie. Les ruelles deviennent alors désertes. La seule personne que l'on croise est le réceptionniste de l'hôtel faisant des rondes afin de s'assurer que tout est en ordre. Ce vide permet de bien s'imprégner du lieu. Etant au plus près de chaque détails, on ressent mieux l'histoire et la spiritualité qui se dégagent du monument.

Le silence n'est troublé que par la cloche de l'abbaye et le bruit des mouettes. En déambulant à travers les remparts et les escaliers, on ne cesse de monter et descendre. Notre perception est guidée par les lampadaires et la lumière de la lune.

Une sensation mystérieuse envoûte le visiteur qui se retrouve plongé dans ce décor de film fantastique.