Clara Chichin

Based in Paris (France)

Clara Chichin est née en 1985, elle vit et travaille en région parisienne. Après un DEUG de philosophie à Paris 1 et un Master 1 en « Arts, Littérature et Pensée contemporaine » à l'Université Paris 7,  elle rentre aux Beaux-Arts de Paris dont elle sort diplômée en 2012. Clara Chichin a une pratique constante de la vidéo, l'écriture, la photographie sous forme de livres d'artistes, de vidéo ou d'accrochage. Elle donne à voir des oeuvres intimistes, introspectives, parfois poétiques. Son travail a déjà été montré à Marseille, Paris, Toulouse, récemment au centre d'art contemporain photographique (Villa Pérochon) de Niort et à Athènes. Clara Chichin fait partie du studio Hans Lucas depuis 2012, elle a été cooptée par Lucie Pastureau.

"Clara Chichin réalise des photographies noir et blanc et en couleur, denses et contrastées, auxquelles elle associe des fragments de textes renvoyant à des instants vécus. La photographie l’'accompagne au quotidien comme un marqueur temporel, captant des moments privilégiés, des rencontres, ses relations avec sa famille et ses amis, des épiphanies, la solitude aussi. (...) Elle dessine ainsi les contours d’'une autofiction habitée par la question de la disparition, trouvant ici justement à s’'exprimer à travers la photographie, médium, s’il en est, de la trace, de « l'’image en fuite » pour reprendre la formule employée par l’'artiste. Parfois réalisés à partir de dispositifs ou de techniques classiques comme le sténopé, les clichés de Clara Chichin se déclinent et se déploient cependant sous des formes aussi diverses que l’'édition, la vidéo ou l’'accrochage, relevant dès lors du montage et de l’assemblage d’un matériau iconographique constitué au fil du temps, d’une mise en séquence d’où semble pouvoir surgir la possibilité d’'une fiction." 
Raphaël Brunel, journaliste, commissaire et critique

seriessee all series

Sous les yeux que quelques minutes épuisent

- le vent - - les larmes font peser les cernes - sous les yeux que quelques minutes épuisent. Le temps, le vent, font se déplier, défiler, les images dans un (...)

Hypernuit - il y avait deux soleils -

Les images tombent dans la pénombre. Le reflet de la lumière, les éblouissements sont un leitmotiv. J'essaye de révéler une expérience rétinienne, la manière do (...)

Ici et là (archives)

portraits, paysages, vie quotidienne etc.

Atmosphère - ambiance (archives)

Paysages - arbres - plantes - nature ( archives)

Au gré des déplacements et des paysages traversés.

Enfance - Jeunesse (archives)

Le dos des arbres

Le dos des arbres se lit comme une parenthèse. Un paysage intérieur.

And now I'm saying "worst and worst" as he said. Rien…

Série photographique commencée un an après la mort de mon père ; c'est en triant les photographies, les organisant, que je réalisai qu'elles étaient une manière (...)

correspondance-s-

Il y a les gens... Je ne sais plus pourquoi je photographie Parce que une proximité Avec en-vie Parce que je me sentais seule

Sténopé - séquence -

Pellicules photographiques marquées par le hasard, prises de vues, temps de pause aléatoires. Pellicules sensibles impressionnées au gré des promenades et voyag (...)

Portraits

You know for the true I won't take photo of any sickness

Facsimilé, livre d'artiste. Journal de deuil mêlant photographies et écrits fragmentaires. Carnet-journal réalisé en 2007 à la suite de la mort de mon demi-frèr (...)

Arrête avec ta lumière ta photographie ça m'aveugle.

Je faisais les tirages dans la chambre noire que ma mère m'avait installée à la cave, jusqu'à épuisement du stock de papier photo dont elle avait hérité. J'y pa (...)

Whispering shadows

Photographies de commande pour la robe issue de la collection "whispering shadows" de la styliste Sandrine Philippe