1 / 25
slider mode — sheet mode — fullscreen mode

 

Virginie Nguyen Hoang

GAZA,THE AFTERMATH

→  commander un tirage papier

Le conflit de l'Ă©tĂ© Ă  Gaza entre l'armĂ©e IsraĂ©lienne, d'une part, et les forces du Hamas et du Jihad Islamique, d'autre part, a causĂ© 2502 morts cĂ´tĂ© palestinien et 71 cĂ´tĂ© israĂ©lien (dont 66 soldats). Parmi les victimes palestiniennes, on compte 1583 civils dont 521 enfants et 283 femmes (chiffres de l'Office de Coordination des Affaires Humanitaires de l'ONU) Depuis le cessez-le-feu, ce mĂŞme organisme a dĂ©nombrĂ© jusqu'Ă  100 000 personnes dĂ©placĂ©es au sein de la bande de Gaza, dont 28 000 qui se sont rĂ©fugiĂ©es  dans des Ă©coles de l'UNRWA rĂ©affectĂ©es  comme abris. Les autres ont trouvĂ© asile, chez des proches ou, sont retournĂ©s vivre dans les dĂ©combres de leurs maisons dans l'espoir d'une aide financière pour la reconstruction.
C'est au coeur des familles qu'il est plus aisĂ© de percevoir la reconstruction aussi bien psychologique que matĂ©rielle. Les familles gazaouies, comme dans beaucoup de pays arabes, regroupent plusieurs gĂ©nĂ©rations sous un mĂŞme toit. Nombreuses d'entres elles ont Ă©tĂ© touchĂ©es de loin ou de près par le conflit israĂ©lo palestinien : statut de rĂ©fugiĂ©s, dĂ©cès de parents, blessures, emprisonnement, chĂ´mage forcĂ©, destructions des propriĂ©tĂ©s, dĂ©possession des terres... 

Mon travail tente de rĂ©pondre Ă  ma question : « comment les gazaouis arrivent Ă  se reconstruire aussi bien psychologiquement que matĂ©riellement suite Ă  une telle guerre  » en retraçant  les conditions de vie et l'Ă©tat mental de quelques familles gazaouies  ayant perdu tout ou partie de leurs maisons lors des bombardements israĂ©liens. 

Cette histoire a été réalisée entre octobre 2014 et février 2016.