1 / 16
slider (16) — contact planche (16) — fullscreen (16)

 

Virginie Merle

Zastava, la fin d'une histoire yougoslave

Zastava, the end of a Yugoslav story

→  commander un tirage papier
EN | FR

Kragujevac, Serbie. Novembre 2008.

C'est la troisième pause en une heure. Ici, les cadences infernales n'existent plus. Ont-elles existé un jour ? Autour d'une table presque aussi vieille que l'usine, ils sont six à boire le café. Turc, comme il se doit. Et à fumer. Beaucoup. Le tout à un mètre à peine de la ligne de montage de la  « Yugo Â». Cette petite voiture, née en 1979 sur une plateforme technique de Fiat 127 de 1972, vit ses dernières heures. Sur la chaîne, les derniers cent exemplaires sont en cours d'assemblage, quasiment à la main. Tous sont émus. Goran fume sa cigarette, au-dessus d'un moteur et assène : « Il n'y a pas de futur Â». Pourtant, Fiat veut construire ici 200 000 voitures par an dès 2010. Mais ce sera sans Goran et les autres. La fin de l'aventure de l'industrie automobile yougoslave laisse une usine vide et désemparée.  La plus ancienne voiture encore fabriquée en Europe était aussi la moins chère (4000 €).

Nous avons effectué un reportage dans l'usine pour la dernière semaine de fabrication d'une voiture symbole de la Yougoslavie, dont ces images sont exclusives. Nous voyageons ainsi au plus près de chaînes de fabrication d'un autre âge, à la recherche d'une époque révolue, comme l'on avance dans un musée. Un musée pourtant vivant, au coeur de la plus difficile des transitions économiques.
Texte : François-Xavier Delisse
 

Kragujevac, Serbia. November 2008.

This is the third break in an hour. Here, the infernal rates no longer exist. Did they ever exist? Around a table almost as old as the factory, six of them drink coffee. Turkish, as it should be. And smoking. A lot. All this is just one metre from the Yugo assembly line. This small car, born in 1979 on a 1972 Fiat 127 technical platform, is in its final stages. On the line, the last hundred copies are being assembled, almost by hand. All are moved. Goran smokes his cigarette, above an engine and asserts: "There is no future". However, Fiat wants to build 200,000 cars here every year from 2010. But it will be without Goran and the others. The end of the Yugoslav automobile industry's adventure leaves an empty and distraught factory.  The oldest car still manufactured in Europe was also the cheapest (4000 €).

We did a report in the factory for the last week of manufacturing a car symbol of Yugoslavivia.  We travel as close as possible to manufacturing lines of another age, in search of a bygone era, as one would expect in a museum. A museum that is still alive, in the heart of the most difficult economic transition.