Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Sophie Garcia / Photography

Affaire Salifou Nébié  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

Salifou Nébié était un juge constitutionnel très respecté au sein de la magistrature burkinabè. Alors que le Burkina Faso était en plein débat sur le projet de modification de la constitution, le juge Nébié a été retrouvé mort le soir du 24 mai 2014 dans des circonstances étranges.

Son corps a en effet été retrouvé à 100 mètres de sa voiture sur une route éloignée de Ouagadougou. Le juge s'apprêtait pourtant à rentrer chez lui quelques heures avant, après une fête arrosée à Koulouba, son quartier en centre-ville de Ouaga. Selon les dernières personnes à l'avoir vu, le juge aurait reçu un coup de fil au moment de monter dans sa voiture pour rentrer à son domicile.

Après un premier rapport d'autopsie réalisé par des médecins locaux, concluant à un homicide volontaire, un second rapport d'autopsie rendu par le médecin français Stéphane Chochois affirme que la mort du juge Nébié serait dûe à un accident de la circulation.

Les proches du juge dénoncent depuis ce revirement, en s'interrogeant sur la façon dont le dernier rapport d'autopsie a été dévoilé à la presse, alors que celui-ci devait rester dans le secret de l'instruction.

Le fait qu'un médecin légiste de Boulogne-sur-Mer ait été désigné pour réaliser l'autopsie, alors qu'une requête de capitale à capitale aurait dû prévaloir, suscite de nombreuses interrogations dans les articles de presse locale.

Le juge d'instruction Théophile Nana, a demandé à être déssaisi du dossier fin juin 2014 en raison de sa proximité avec le défunt de son vivant. Le procureur du Faso a refusé sa requête et l'affaire reste toujours en cours d'instruction à ce jour.