Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Martin Bertrand / Photography

Cuba: Le Port de l'Espérance  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

Puerto Esperanza, c'est le nom de ce paisible village de pêcheurs. Ici, tout le monde se connait, se salue. Les gens y vivent tous ensemble depuis leur naissance.



L'activité principale se concentre sur la pêche de la langouste et de différents poissons. Mais, l'entrée au port du village est interdite aux pêcheurs inconnus du gardien. Pour cause, beaucoup de gens venus des grandes villes utilisaient ce port pour émigrer vers la Floride. En effet, depuis la révolution castriste, l'émigration clandestine vers les Etats-Unis est une réelle préoccupation pour le gouvernement cubain.



Malgré cela, ce village respire la joie de vivre au quotidien.

Leur père partant au large la journée, les enfants pratiquent également la pêche avec leurs propres moyens. Ils guettent les crabes qui déambulent pour les attraper, enfilent masque et tuba pour aller harponner quelques petits poissons, ou se servent d'un petit bout de fil de pêche et d'un hameçon.

Au bout du village, seul un vieux ponton gît sur la mer. Les habitants l'utilisent pour se baigner en famille, tandis que les adolescents s'élancent en effectuant des sauts périlleux.



Mais, ce ponton tombant peu à peu en ruine, la construction d'un nouveau est en cours : fabriqué  avec  des rondins de bois, un marteau usé et la force des bras.



Ce n'est qu'à partir de cinq heures de l'après-midi, quand la chaleur cesse d'être étouffante, que le village prend vie. Au bord de l'eau, volleyball, football et autres activités sont pratiqués par petits et grands. Des enceintes sont sorties, permettant aux villageois de danser au rythme des sonorités locales. Le rhum, pas cher, est bu parfois avec excès.

Lorsque la nuit tombe, les Cubains veillent  souvent jusqu'aux aurores, en discutant et en chantant.