1 / 30
slider modesheet modefullscreen mode

 

Lou Camino

Les faits miroirs ou la naissance des métastructures

→  commander un tirage papier

Petite, je rêvais d'être architecte. Et comme je suis restée petite, le rêve a lui-même perduré. Mais que faire d'un rêve qui insiste et qui n'est pourtant pas destiné à être réalisé ? Le contourner, ou le détourner, pour le vivre différemment.
Simplement, dans un premier temps. Avec les yeux donc. En arpentant les villes à l'affût de formes singulières, d'enchevêtrements détonants, de contractions temporelles, d'une ligne, d'une lumière, d'une couleur, d'une identité propre à chacune... Rapidement, j'ai voulu emporter avec moi des morceaux de ces cités glanés de ci de là : je les ai donc mis dans mes boîtes à images. La Nature s'est logiquement invitée dans la danse. Chez elle aussi, s'exprime une certaine forme d'architecture d'autant plus fascinante qu'elle est innée et ne doit rien à l'Homme. Et puis, plus récemment, j'ai eu envie de jouer à l'architecte, pour de faux, pour de vrai, en tout cas, sans être freinée par les contraintes fortes de la réalité ni de la réalisation. Ainsi, ai-je créé ces métastructures. De façon totalement compulsive, j'en ai généré plus de 150.
Elles sont déjà d'une grande diversité. Et pourtant, assez trivialement, c'est le même geste, indéfiniment et systématiquement réitéré, qui est à leur origine. Là où la symétrie simule une forme de perfection illusoire et inatteignable, la répétition d'un motif renvoie à une histoire qui se redit inlassablement... Je n'en suis pas moins envoûtée et captivée par la pureté, le mystère et la finesse décuplées de cette Nature autant que par la variété, l'étrangeté et l'élégance de ces constructions humaines ainsi assemblées.
Certaines de ces métastructures reflètent ainsi un besoin de maîtrise, d'ordre ou d'ordonnancement, dans un univers qui pourrait sembler chaotique. Directement ou indirectement, elles font écho à mes interrogations sur le temps qui passe irrémédiablement, sur le futur, sur l'évolution de notre société - tour à tour ouverte au monde, recroquevillée sur elle-même et quasi impénétrable, accueillante ou répulsive...-, et donc, à ma petite échelle, sur la place de l'Homme sur Terre... D'autres semblent anecdotiques et n'exister que pour flatter et célébrer ma quête d'esthétique. Je la revendique et ne veux pas en être gênée. J'aime être en mesure de me promener sur cette planète en n'ayant d'autre but que d'être sensible au Beau (à mes yeux bien sûr).
Toutes contribuent à imaginer un autre monde à partir de celui que nous connaissons, créant parfois un sentiment d'inquiétante étrangeté ou, au contraire, une atmosphère rassurante et réconfortante. Bref, ces images se contredisent. Comme moi entre un jour et le suivant, comme chacun de nous à un moment. Avec elles, je ne cherche pas la cohérence, simplement à illustrer un bouillonnement intérieur qui n'a d'autre modèle que celui de ce monde vertigineux et parfois insaisissable dans lequel nous vivons...