Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Camille Michel / Photography

Arctic Hunters  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

Julien est français, 43 ans, ancien alpiniste, parachutiste et base jumper  professionnel. Il a décidé de partir vivre au Groenland il y a 15 ans. Il s'est installé dans la ville d'Ilulissat où il a fondé une famille avec Charlotte, une femme Groenlandaise. Julien est devenu chasseur avec l'aide de la population qui l'a parfaitement intégré. Il possède un permis professionnel et chasse de façon traditionnelle, en traîneau, avec sa propre meute. Julien passe huit mois de l'année sur la glace, au coeur de la nature arctique, avec pour seuls compagnons ses chiens et parfois ses amis chasseurs.

Fin septembre 2016 Julien et moi partons à la chasse aux rennes avec trois chasseurs groenlandais, Kim, Ringo et Casper. Nous embarquons deux meutes de chiens et des traîneaux sur des poka 600, des petits bateaux couramment utilisés au Groenland. Direction le nord de Saqqaq dans la péninsule de Nuussuaq. Fin septembre 2016, à l'étonnement général, la neige n'est pas encore tombée en basse altitude. Nous allons devoir marcher pour ne pas abîmer les traîneaux et les pattes des chiens. Tous les jours nous partons à l'aube dans la montagne parcourant de nombreux km pour traquer les rennes. Le soir nous dormons en bivouac ou au camp de chasse. Une petite cabane en bois rudimentaire située près d'une rivière qui nous fournit de l'eau douce. Ici il n'y a pas d'eau courante, pas d'électricité, pas de réseau. 

Julien m'explique qu'il n'a jamais chassé auparavant mais qu'ici c'est différent. La chasse n'est pas un loisir mais un métier. Il travaille surtout pour les écoles, afin d'apporter de la nourriture saine aux enfants. Lorsqu'un renne est capturé aucun déchet n'est produit. La peau est utilisée pour fabriquer des vêtements chauds pour les hivers ou pour couvrir les traîneaux, les bois pour sculpter des objets ou des bijoux. Julien ramènera d'ailleurs des bois pour sa fille qui lui a demandé. Ulloriaq a 6 ans elle est déjà championne de traîneau et a sa propre meute.

La pêche et la chasse sont toujours les activités économiques principales du Groenland. Les animaux sont sauvages et non issus d'élevages. L'alimentation traditionnelle permet d'apporter un salaire aux familles de pêcheurs et chasseurs et une nourriture saine. Les denrées  importées d'Europe sont chères et alimentent le marché de la consommation de masse. De plus certains villages au Nord ne sont pas ravitaillés. Les quotas de pêche et de chasse sont fixés par le gouvernement Groenlandais, en lien avec WWF. Actuellement le mode de vie Groenlandais, les espèces animales et l'environnement sont menacés par l'arrivée du monde moderne ( réchauffement pollution tourisme)