1 / 21
slider modesheet modefullscreen mode

 

Anita Pouchard Serra

ELLA, quand les femmes d'Amérique Latine s'organisent

→  commander un tirage papier
EN | FR

Pendant 4 jours des femmes de 20 pays d'Amérique Latine se sont rassemblées à Cali en Colombie pour les rencontres ELLA, nées au Brésil en 2014. Des rencontres possibles grace à un réseau d'organisations et d'associations locales dans chaque pays qui travaillent main dans la main. Ces rencontres sont un lieu de débat, de partage et d'échange autour de la diversité des féminismes aujourd'hui dans le continent latino-américain et dans le monde. 
#metoo, #balancetonporc, women's march. La parole se libère au niveau mondial, des affaires apparaissent parfois là où on ne les attendaient pas. Au-delà des dénonciations, la visibilisation massive des problématiques se transforment de plus en plus en organisationLes femmes d'Amérique Latine, moins visibles sur la scène internationale, sont pourtant à l'avant-garde du renouveau de ces résistances depuis des années. Un engagement motivé entre autre par des contextes sociaux et culturels difficiles sur les terres du Ni una menos ( pas une de moins), des femicidios ( féminicides) et réseaux de traites et prostitution forcée. Depuis des années des organisations civiles, des collectifs se forment afin d'apporter des réponses, des solutions et une solidarité entre les femmes du continent.

For 4 days women from 20 Latin American countries gathered in Cali, Colombia for the ELLA meetings, born in Brazil in 2014. Possible meetings thanks to a network of local organizations and associations in each country that work hand in hand. These meetings are a place for debate, sharing and exchange around the diversity of feminisms today in the Latin American continent and in the world. 
#metoo, #balancetonporc, women's march. The word becomes available at the global level, business sometimes appears where we didn't expect it. Beyond denunciations, the massive visibility of issues is increasingly becoming an organization. Women in Latin America, who are less visible on the international scene, have been at the forefront of the renewal of these resistances for years. A commitment motivated by, among other things, difficult social and cultural contexts on the lands of Ni una menos (not one less), femicidios (femicide) and trafficking networks and forced prostitution. For years, civil organizations and collectives have been forming in order to provide answers, solutions and solidarity among the women of the continent.

Translated with www.DeepL.com/Translator