1 / 57
slider (57)contact planche (57)fullscreen (57)

 

Theo Giacometti

I'm not from here

I'm not from here

→  commander un tirage papier
EN | FR

Le pied sur l'accélérateur, calé tranquille à 70, je regarde Vegas qui s'éloigne dans le rétro. 
Adiós, roulettes, black jack et néons voraces. Vous me rendez triste. Je me souviens de cette vieille, seule, à 6 heures du matin sur sa machine à sous. Le soleil chauffe ma peau à travers le pare-brise. Vegas, ici même les morts dansent sous la lumière. 

Devant, autour, partout, le désert encore froid, le ciel brûlé et la route si noire. Si grande, si douce, comme un ruban de soie sur la roche rouge. Il ne reste des Indiens que des boutiques de breloques, des attrape-rêves made in China dans les rayons des gas station et quelques noms, parfois, qui nous rappellent les chants tristes des tribus. On descend vers Kaweah River et Lone Pine, Californie. 

Au rythme régulier des motels aussi glauques que dans nos rêves, les nuits passent. On fait l'amour devant le chauffage. Ça sent le burger et le gras jusque dans la bagnole. Merde. Toujours des parking, toujours des pompes à essence et toujours le soleil sur la roche brûlée. Le désert envahit tout, mais l'Amérique, bien sûr, joue la plus conne et plante là, dans la vallée morte, une oasis artificielle, avec piste d'atterrissage et golf privé, retraités multicolores et Bud a 10 dollars. Ici, on arrose la pelouse avec des glaçons. 

Ici et là, perdus sur la route, quelques touristes se prennent en photo dans le sable blanc. On suit la Sierra du sable à la neige et au sable encore. Loin déjà les artères artificielles de Vegas et les gonzesses à plumes. Les cactus en fleurs défilent par la fenêtre. Je pense à tous ceux que j'ai lu, Hillerman, Harrison, Brautigan, Kerouac. Ils sont bien loin. So what ? 

Dans la nuit, on se laisse avaler par les rubans de lumières infinis de la deux fois six voies qui s'engouffre dans l'abysse de Los Angeles. Je fume quelques cigarettes sur Hollywood Boulevard, puisqu'on ne peut fumer nulle part. Les stars sont des fantômes et les paumés, clochards pas si célestes plantent leur tente sur Sunset Boulevard. Tacos à volonté, acteurs ratés, bagnole en or : ça pue le fric autant que la misère. Tu me prend la main et me traîne dans un café. 
T'es mille fois plus belle que L.A. 

Série réalisée avec le Leica M 240 - 35/2 Summicron en partenariat avec le Leica Store Marseille. 

With my foot on the gas pedal, calmly stalled at 70, I watch Vegas drift away in the rearview mirror. 
Adiós, wheels, blackjack and voracious neon lights. You make me sad. I remember this old lady, alone, at 6:00 in the morning on her slot machine. The sun warming my skin through the windshield. Vegas, right here the dead dance in the light. 

In front, around, everywhere, the desert still cold, the sky burnt and the road so dark. So big, so soft, like a silk ribbon on the red rock. All that remains of the Indians are charm shops, dream catchers made in China on the shelves of the gas station and a few names, sometimes, that remind us of the sad songs of the tribes. We go down to Kaweah River and Lone Pine, California. 

At the regular rhythm of motels as creepy as in our dreams, the nights pass by. We make love in front of the heat. It smells like burgers and grease all the way to the car. Shit. Shit. Shit. Shit. Shit. Always parking lots, always gas pumps and always sunlight on the burnt rock. The desert invades everything, but America, of course, plays dumb and plants there, in the dead valley, an artificial oasis, with a private airstrip and golf course, colorful retirees and Bud has 10 dollars. Here we water the lawn with ice cubes. 

Here and there, lost on the road, a few tourists take pictures of themselves in the white sand. We follow the Sierra from sand to snow to sand again. Away already from the artificial arteries of Vegas and the feathered chicks. The cactus flowers scroll through the window. I think of everyone I've read about, Hillerman, Harrison, Brautigan, Kerouac. They're far away. So what ? 

In the night, we let ourselves be swallowed by the endless ribbons of light of the two times six lanes that rush into the abyss of Los Angeles. I smoke a few cigarettes on Hollywood Boulevard, since you can't smoke anywhere. The stars are ghosts and the not-so-heavenly hobos pitch their tents on Sunset Boulevard. All-you-can-eat tacos, failed actors, golden car: it stinks of money as much as of misery. You take my hand and drag me to a coffee shop. 
You're a thousand times prettier than LA. 

Series produced with the Leica M 240 - 35/2 Summicron in partnership with the Leica Store Marseille.