1 / 24
slider modesheet modefullscreen mode

 

Stéphane Dubromel

Grande-Synthe: du camp de la honte au camp humanitaire

→  commander un tirage papier

Retour en images sur le camp de migrants du Basroch, vaste marécage où survivaient jusqu'à 1500 migrants en décembre 2015, en majorité des kurdes d'Irak, et sur le nouveau camp humanitaire voulu par le maire de Grande-Synthe. En mars 2016, le transfert vers celui-ci est effectué. L'expérience durera un peu plus d'un an. En avril 2017, le camp humanitaire part en fumée, miné par les querelles entre ethnies, les rivalités entre passeurs, et l'inaction de l'Etat. Depuis, les migrants en sont revenus au même point, campant dans une nature froide et humide.