1 / 19
slider modesheet modefullscreen mode

 

Odile Gine

Une jeune fille peut en cacher une autre

A girl can hide another

→  commander un tirage papier
EN | FR

Qu'il s'agisse de kick boxing, de boxe thaïlandaise ou de krav maga, ces disciplines attirent de plus en plus de femmes. La pratique d'un sport de combat, à l'instar de la vie en société, exige le respect des règles, l'esprit de compétition, le dépassement de soi, la ténacité et le travail d'équipe. Les jeunes femmes l'ont bien compris : les hommes n'en ont pas l'exclusivité et elles investissent les salles de sport de combat.
Kristell Massiotta avait 17 ans lorsque je l'ai rencontrée en 2013, et avait déjà obtenu 3 fois le titre de championne du monde de kick boxing. Elle incarne cette génération de jeunes femmes déterminées à prendre leur vie à bras-le-corps. Ce petit-bout-de-femme de 1m60 à la voix cristalline a surtout les manières de bonne famille. Et pourtant, la jeune femme a un gant de velours dans une main de fer. C'est cette dualité qui m'a poussé à la photographier dans son quotidien rythmé par ses études, ses entraînements et ses combats. Pourtant, rien ne la prédisposait à dominer le ring. Elle a d'abord commencé par la danse classique et le jazz, le tennis et la natation. Puis à 11 ans, elle rejoint, sous les encouragements de son père, l'association USV kick boxing à Villefranche-sur-Mer pour retrouver des copines. Alors que ses amies ne poursuivent pas l'expérience, la jeune niçoise y trouve un intérêt grandissant et intègre 3 ans plus tard un lycée avec une section sportive. Son entraîneur, Halim Ferfera, remarque rapidement chez elle « des qualités d'explosivité et un fort potentiel ». Ainsi, depuis l'âge de 13 ans, elle enchaîne les titres de championne de France et du monde. Pour Kristell Massiotta « le kick boxing [lui] permet de s'affirmer et de trouver son équilibre ». Cette jeune femme combattante sur le ring comme dans la vie, puise également son énergie dans l'ancre du foyer car la douceur maternelle et paternelle lui est indispensable.
 

Kristell Massiotta was 17 years old when I met her in 2013, and had already been World Champion kickboxing three times. She represents this generation of young women determined to take their lives in their arms. This tiny woman of 1m60 with a crystalline voice has the manners of good family. But the young woman has a velvet glove in an iron hand. It's this duality that pushed me to shoot her in her daily life, punctuated by her studies, her training and her struggles. But nothing predisposed her to dominate the ring. She started with classical dance and jazz, tennis and swimming. Then at 11, she joined, under the encouragement of her father, the USV kickboxing association in Villefranche-sur-Mer (France). Three years later Kristell integrates a high school with a sports section. Her coach, Halim Ferfera, notices her "explosive qualities and high potential". Thus, since the age of 13, she continues the championship of France and the world. For Kristell "kickboxing  allows you to assert yourself". This young woman fighting in the ring as in life, but finds also her energy in the family  and the maternal and paternal sweetness.