1 / 24
slider mode (24)sheet mode (24)fullscreen mode (24)

 

Laurence Chellali

CHINA - CORONAVIRUS - A L'ISOLEMENT

CHINA - CORONAVIRUS - IN ISOLATION

→  commander un tirage papier
EN | FR

Le 31 décembre 2019, on signalait les premiers cas suspects du Coronavirus 2019-nCoV. Très vite, le virus se propage et le 23 janvier 2020, l'Organisation Mondiale de la Santé prononce l'état d'urgence sanitaire  de portée internationale. Le 13 février 2020, 59 882 personnes sont diagnostiquées positives au virus, et on compte 1 368 morts.

Face à cette crise sanitaire, les autorités chinoises imposent une quartaine stricte à plusieurs villes dont Wuhan qui est l'épicentre de la maladie. Au final, c'est toute la province du Hubei qui sera mise à l'isolement, c'est à dire plus de 60 millions de personnes.

Les autres régions de Chine sont touchées à plus ou moins grande échelle et d'autres villes sont placées sous quarantaine stricte. Mais même les régions qui sont épargnées par l'ampleur de l'épidémie prennent des mesures drastiques pour tenter d'enrayer la diffusion du virus.

C'est le cas de Nanjing, capitale de 9 millions d'habitants de la province du Jiangsu, qui ne compte « que »  84 cas positifs et heureusement 0 décès. Et pourtant, ici comme ailleurs, les gens se cloîtrent chez eux. Le port du masque est obligatoire et celui des gants recommandé. Les transports en commun fonctionnent mais ils sont désertés. Avant d'entrer où que ce soit, la température est vérifiée et si on dépasse 37,2º  on est immédiatement orienté vers un centre de diagnostic. Tous les commerces, sauf ceux de première nécessité, sont fermés et les entreprises sont à l'arrêt, sauf autorisation spéciale, accordée au compte-goutte. Pourtant, il y a une exception. Un des centres commerciaux du centre-ville est resté ouvert et les boutiques de luxe continuent de vendre leurs produits. Mais à qui ? 

La liste des restrictions pour enrayer l'épidémie ne cesse de s'agrandir chaque jour. Ainsi, dernièrement, si on est sorti de Nanjing ou si on arrive d'une autre ville ou province, une quarantaine de 14 jours est demandée, et chaque employé, lorsqu'il reprendra le travail, devra prouver qu'il n'a pas bougé dans les 2 dernières semaines après la reprise du travail. S'il ne le peut pas, l'ultime recours sera le tracking du téléphone.

Au niveau international, la plupart des pays ont suspendu leurs vols vers et depuis la Chine. Ce sont 16 000 avions quotidiens qui n'atterrissent plus ou qui ne partent plus. Si on a séjourné en Chine dans les dernières semaines, une quarantaine de 14 jours est imposée dans de nombreux pays d'arrivée. Il en est de même à l'inverse.

En fait, ce ne sont pas 60 millions de gens qui sont à l'isolement, mais de facto 1 milliard 450 millions de personnes.

On 31 December 2019, the first suspected cases of Coronavirus 2019-nCoV were reported. The virus spread rapidly and on January 23rd 2020, the World Health Organization declared the state of international health emergency. On February 13, 2020, 59,882 people were diagnosed positive for the virus, and there were 1,368 deaths.

Faced with this health crisis, the Chinese authorities are imposing a strict quarantine on several cities, including Wuhan which is the epicentre of the disease. In the end, the entire Hubei province will be put in isolation, that is to say more than 60 million people.

Other regions of China are affected to a greater or lesser degree and other cities are under strict quarantine. But even regions that are spared by the scale of the epidemic are taking drastic measures to try to stop the spread of the virus.

This is the case of Nanjing, capital of 9 million inhabitants of Jiangsu province, which has "only" 84 positive cases and fortunately 0 deaths. And yet, here as elsewhere, people are shutting themselves away in their homes. Wearing a mask is mandatory and gloves are recommended. Public transport is working but it is deserted. Before entering anywhere, the temperature is checked and if it exceeds 37.2º, one is immediately referred to a diagnostic centre. All shops, except those of first necessity, are closed and businesses are at a standstill, unless special permission is slowly given. However, there is one exception. One of the downtown shopping malls remained open and the luxury boutiques continue to sell their products. But to whom? 

The list of restrictions to curb the epidemic is growing daily. For example, recently, if one has left Nanjing or arrives from another city or province, a 14-day quarantine is required, and each employee, when returning to work, will have to prove that he or she has not moved in the last 2 weeks after returning to work. If they cannot, the last option will be telephone tracking.


Internationally, most countries have suspended flights to and from China. This means that 16,000 planes a day are no longer landing or leaving. If one has been in China in the last few weeks, in many countries of arrival there is a 14-day quarantine. The same is true of the other way around.

In fact, it is not 60 million people who are in isolation, but de facto 1.45 billion people.