1 / 20
slider modesheet modefullscreen mode

 

Jean-Christophe Milhet

Fête de l'Ours - Festa de l'Os

→  commander un tirage papier

Saint Laurent de Cerdans, février 2018.

Au nombre de 3, Arles sur Tech, Prats de Mollo et Saint Laurent de Cerdans, les Fêtes de l'Ours,
issues de légendes et rituels initiatiques des Pyrénées marque le renouveau printanier.
Les Fêtes de l'Ours font parties prenante du patrimoine et des évènements incontournables du Haut-Vallespir et chacune possède ses propres particularités : Arles la théatrale, jouant sur la tradition orale, Prats la sauvage où les villageois sont « marqués » d'une trace par un ours mi-homme, mi-bête et Saint Laurent, où défilé et carnaval se mélange autour du seul « Ours » vétu d'une vrai peau du mammifère pyrénéen... 

Cette fête se déroule selon le même scénario depuis des décennies, pendant que les acteurs du Carnaval se rassemblent autour de l'Eglise de Notre Dame de la Sort, le 1er Ours se prépare à la maison de la chasse du village, à l'abri des regards. Puis l'Ours surgit et la foule se lance dans une cavalcade durant laquelle l'Ours chassera les jeunes filles avant d'être à son tour capturé par les chasseurs. Et la fête se poursuit jusqu'à la prochaine place, à mi parcours, ce 1er Ours, épuisé par sa « chasse » cèdera sa place à son remplaçant qui concluera son parcours en essayant d'échapper à son géôlier avant que se dernier, au coeur du village, ne joue le « pernica » et entame la danse rituelle de passage puis fait fi de raser la bête qui deviendra humaine.

Si pendant longtemps l'Ours fut « joué » par des marginaux auxquels ont offrait un peu d'argent, le rôle est aujourd'hui si prisé, représentant une telle fierté pour celui qui endosse la célèbre peau, que les candidats après une première sélection, sont tirés au sort.

Dores et déja inscrites à l'inventaire du patrimoine culturel immatérial en France, les fêtes de l'ours sont candidates à l'inscription au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.