1 / 29
slider (29)contact planche (29)fullscreen (29)

 

Matthieu rosier

Mouvement du M5 - RFP - Mouvement du 5 juin - Rassemblement des Forces Patriotiques - Bamako - Mali

M5 - RPF - Mouvement June 5 - Rally of Patriotic Forces - Bamako - Mali

→  commander un tirage papier
EN | FR

Après un premier rassemblement réussi le 5 juin dernier le mouvement politico religieux appelé le M5 RFP - Mouvement du 5 juin - Rassemblement des Forces Patriotiques - regroupant chefs religieux et partis politiques d'oppositions, continue les appels à manifestation et à la désobéissance civile et ce "jusqu'à la démission" du Président de la République Ibrahim Boubacar Keita. Menée par la voie du "très respecté et éclairé" Mahmoud Dicko, le mouvement multiplie les prières et meeting publics. À chacune de ses sorties, ce sont plus d'une dizaine de milliers de personne qui se rassemblent autour de la Place de l'Indépendance à Bamako. 

IBK, déjà mis sous pression part la crise multi dimensionnelle que traverse le Mali, décide de dissoudre son gouvernement et demande à son Premier ministre, Boubou Cissé de constituer rapidement un gouvernement d'union nationale en dialogue avec les leaders du M5 - RFP et multiplie les réunions avec la CEDEAO et la communauté internationale en vue d'une sortie de crise. Pour l'opposition, la seule option possible est la démission d'IBK.

Le M5 - RFP durci encore le ton lorsqu'il rédige une fiche de route regroupant 10 commandements de désobéissance civiles destinés à paralyser le pays - occupation des institutions publiques et blocages des principaux axes de la capitale. En réponse, le gouvernement ouvre le feu sur les manifestants et après un mois et demi de vive contestation sociale le bilan humain s'élève à 12 morts et une centaine de blessés.


 

After a first successful rally on June 5, the religious political movement called the M5 RFP - Movement of June 5 - Rally of the Patriotic Forces - grouping religious leaders and oppositions politicasl parties, continues the calls for demonstration and civil disobedience and this "until the resignation" of the Republic President  Ibrahim Boubacar Keita. Led by the way of "very respected and enlightened" Mahmoud Dicko, the movement multiplies prayers and public meetings. At each of its outings, more than ten thousand people gather aroundIndependance Square in Bamako.

IBK, already under pressure from the multi-dimensional crisis that Mali is going through, decides to dissolve fis government and asks his Prime Minister, Boubou Cissé to quickly form a national unity government in dialogue with the leaders of the M5 - RFP and multiplies meetings with ECOWAS and the international community to find a issue to the sociale crisis. For the opposition, the only possible option is the resignation of IBK.

The M5 - RFP hardened the tone even further when it drew up a roadmap gathering 10 civil disobedience commands intended to paralyze the country - occupation of public institutions and blockades of the main axes of the capital. In response, the government opened fire on the demonstrators and after a month and a half of lively social protest the human toll rose to 12 dead and a hundred injured.