1 / 14
slider (14)contact planche (14)fullscreen (14)

 

Matthieu rosier

Dernière ligne droites ? Meeting Front d'Opposition, Bamako, Mali

Last straight line? Meeting Opposition Front, Bamako, Mali

→  commander un tirage papier
EN | FR

 
Les 18 candidats du front d'opposition formé autour de Soumaïla Cissé et de Aliou Diallo  se sont une nouvelle fois réunis pour dénoncer "un  coup d'état électoral". Depuis le vote du premier tour, le 29 juillet 2018, l'opposition dénonce de nombreuses irrégularités et réclame de la part du ministère de l'administration territoriale transparence et impartialité. Des voix s'élèvent même en faveur de la destitution, de Mohamed Ag Erlaf, ministre de l'Administration Territorial et de la Décentralisation en charge de l'organisation des élections. Le vote n'a pas pu avoir lieux dans 871 bureaux à travers le pays,  pour des raisons sécuritaires, des accusations de bourrage d'urnes, d'achat et de mauvaises distributions des cartes d?électeurs, "les résultats aberrants" sont autant de questions qui restent pour l'heure sans réponse. Le collectif de candidats demande la saisine de La Cour Constitutionnelle et y dépose des requêtes auxquelles La Cour Constitutionnelle doit répondre.

Le second tour est prévu le dimanche 12 août. Ce meeting lance la dernière ligne droite, 18 candidats sur 24 s'opposent maintenant à Ibrahim Boubacar Keita qui a obtenu 71% des voix au premiers tour. Ce soir au Palais de la Culture de Bamako les 18 candidats et Ras Bath ont comblé les 3200 places de la salle Bazoumana Sissako. 

Bamako, Mali
07 août 2018
 

The 18 candidates of the opposition front formed around Soumaïla Cissé and Aliou Diallo met once again to denounce an "electoral coup". Since the vote in the first round on 29 July 2018, the opposition has denounced numerous irregularities and has demanded transparency and impartiality from the Ministry of Territorial Administration. There are even voices in favour of the dismissal of Mohamed Ag Erlaf, Minister of Territorial Administration and Decentralisation in charge of the organisation of elections. The vote could not take place in 871 polling stations across the country, for security reasons, accusations of ballot box stuffing, buying and poor distribution of voter cards, "outliers" are all questions that remain unanswered for the time being. The group of candidates requests referral to the Constitutional Court and submits applications to which the Constitutional Court must respond.

The second round is scheduled for Sunday 12 August. This meeting launches the final straight, 18 candidates out of 24 now oppose Ibrahim Boubacar Keita who obtained 71% of the votes in the first round. Tonight at the Palace of Culture in Bamako the 18 candidates and Ras Bath filled the 3200 seats in the room Bazoumana Sissako. 

Bamako, Mali
07 August 2018

Translated with www.DeepL.com/Translator