1 / 27
slider (27)contact planche (27)fullscreen (27)

 

Matthieu rosier

Campement sauvage Porte de La Chapelle

Refugees camp. La Chapelle, Paris

→  commander un tirage papier
EN | FR

Le camp de migrants, porte de La Chapelle après avoir été démentellé, il y a un mois renaît des ses cendres.
La centaine de migrants (env 400) vivent dans des conditions déplorables. Pas de toilettes, pas d'accès à l'eau courante, ni même au centre de premier accueil pourtant situé de l'autre côté de la route. Chaque matin dès 7 heures ils se rassemblent devant les grilles du centre, de l'autre côté des CRS ou des gendarmes forment une deuxième frontière inffranchissable. Ils ne les laisseront pas passé et ne pourront accéder aux aides mises en place par les assossiations, installés là, pour leur tendre la main.
Je m'y suis rendu à plusieurs reprises entre le mois de juin et le mois de juillet. J'y y est rencontré Mario, Said deux jeunes soudanais arrivés il y a peu, ils m'ont partagé leurs histoires et leur quotidien. J'y est rencontré des bénévoles qui fournissent des tentes, des repas, des cours de français, des aides administratives, des sourires. Malgré les difficultés sanitaires et humanitaires, il règne dans ce coin de Paris une solidarité nécessaire en attendant que l'effort et l'espoir de ses personnes soient enfin récompensés. 

The migrant camp, the door of La Chapelle after being demented, a month ago is reborn from its ashes. The hundred migrants (around 400) live in deplorable conditions. No toilets, no access to running water, or even at the first reception center yet located on the other side of the road. Every morning at seven o'clock they gather in front of the gates of the center, on the other side of the CRS or gendarmes form a second inaccessible border. They will not let them pass and will not be able to access the aids set up by the assossiations, installed there, to reach out to them. I went there several times between June and July. I met there Mario, Said two young Sudanese arrived recently, they shared their stories and their daily. I met volunteers who provide tents, meals, French classes, administrative help, smiles. In spite of the sanitary and humanitarian difficulties, it reigns in corner of Paris a solidarity necessary until the effort and the hope of its people are finally rewarded.