1 / 16
slider (16) — contact planche (16) — fullscreen (16)

 

Nicola Bertasi

Le danger

→  commander un tirage papier

"Si les abeilles disparaissaient de la surface de la terre, il ne resterait Ă  l'homme plus que quatre annĂ©es Ă  vivre". Certains attribuent cette phrase Ă  Einstein, alors que d'autres l'octroient Ă  un mystĂ©rieux anonyme. L'origine de la phrase est donc incertaine, mais tout ceci n'a qu'une faible importance, respectivement Ă  la force de son propos. 
Depuis quelques annĂ©es, des tas de ruches sont  retrouvĂ©es dĂ©peuplĂ©s ou mortes. Le dĂ©clin des abeilles comme de beaucoup d'autres invertĂ©brĂ©es et d'autres espèces vivantes sont croissantes dans nos campagnes. Dans de nombreux pays de cette partie du monde ou prĂ©domine  l'agriculture intensive, on constate une croissance des monocultures et une utilisation massive et mortelle  d'insecticides systĂ©miques qui exterminent tous les types d'insectes. Le « model productive Â» des multinationales de l'industrie chimique oblige les agriculteurs  Ă  dĂ©verser toujours plus  pesticides sur tous les types de cultures et ceci uniquement au nom de leur propre intĂ©rĂŞt.
La perte annuelle atteint  le  20 Ă  30 % des colonies. Les pesticides produits par SYNGENTA, BAYER et BASF sont Ă  l'origine de ces disparitions inquiĂ©tantes. En 2013 l'Union EuropĂ©enne a dĂ©cidĂ© une restriction d'utilisation de certains pesticides neonicotinoides. Cependant les molĂ©cules insecticides systĂ©miques son encore les plus utilisĂ©es partout sur la plus part des superficies cultivĂ©es. 
Ce travail commissionnĂ© par l'UNAAPI (Association Nationale des Associations des Apiculteurs Italiens) en 2012 a donnĂ© lieu Ă  un voyage du Nord au Sud de l'Italie, Ă  la rencontre d'un beau mĂ©tier en pĂ©ril.