1 / 56
slider (56)contact planche (56)fullscreen (56)

 

Fred Marie

L'armée française face à la Russie

French Army face to Russia

→  commander un tirage papier
EN | FR

Depuis avril 2017, la France est engagée dans la mission Lynx en Estonie.

Même s'il ne s'agit pas d'une Opex (Opération Extérieure) comme « Barkhane » ou « Chamal », ce déploiement relativement important (300 militaires ainsi que plusieurs véhicules, dont 13 VBCI, tout dernier blindé de l'Armée de Terre).

Installés dans le camp de Tapa à l'Est de l'Estonie, à moins de 150km de la frontière russe, les soldats français ne font pas « la guerre », mais de la prévention face à la Russie.

Inséré au sein d'un « Battle Group » Otanien dirigé par les Britanniques, le contingent français est composé d'une trentaine d'unités différentes avec une majorité de Légionnaires du 2ème Régiment Etranger d'Infanterie, appuyés par les blindés du 501e régiment de char de combat.

Chose assez inédite, la France a d'ailleurs déployé 4 chars Leclerc dans cette mission extérieure, une première depuis l'engagement français au Liban en 2006 et la troisième sortie hors du pays depuis la création du régiment.

Sur place, la position de la France est moins agressive que ses homologues britanniques et estoniens. Davantage engagée dans une guerre de communication, les soldats français passent la majeure partie de leur temps sur un terrain boueux et froid en entraînement.
« C'est une formidable opportunité pour nos forces de s'entraîner, notamment avec les armées de nos alliés », souligne un officier de l'Etat Major basé à Tallinn, la capitale du pays.

Objectif de la mission : soutenir les alliés européens et faire acte de présence face à une Russie dans le collimateur de l'OTAN, afin d'éviter de faire de l'Estonie, « une autre » Crimée (illégalement annexée et envahie par Vladimir Poutine en mars 2014), et déclencher ainsi une deuxième Guerre Froide...

Since April 2017, France has been involved in the Lynx mission in Estonia. Even though it is not an Opex (Operation Exterior) as "Barkhane", this deployment is relatively large (300 soldiers as well as several vehicles, including 13 VBCI, the last armored Army).

Settled in the Tapa camp in eastern Estonia, less than 150km from the Russian border, the French soldiers do not "war", but "prevention" in front of Russia.

The French contingent is part of a NATO-led "Battle Group". The French contingent is composed of about 30 different units, with a majority of Legionaries from the 2nd Infantry Regiment, supported by the 501st Battle Tank.

France has deployed 4 Leclerc tanks in this foreign mission, a first since the French engagement in Lebanon in 2006 and the third out of the country since the creation of this mythical armored vehicle.

On the spot, France's position is less aggressive than its British and Estonian counterparts. More engaged in a war of communication, the French soldiers spend most of their time on a muddy and cold ground ... in training.

"This is a tremendous opportunity for our forces to train, especially with the armies of our allies," said an officer of the General Staff based in Tallinn, the capital of the country.

The aim of the mission: to support the European allies and to make a presence in front of Russia very seriously in the sights of NATO, in order to avoid making Estonia, "another" Crimea (illegally annexed and invaded by Vladimir Putin in March 2014), and thus trigger a second Cold War ?