1 / 25
slider (25)contact planche (25)fullscreen (25)

 

Xosé Bouzas

THROUGH MEXICO

THROUGH MEXICO

→  commander un tirage papier
EN | FR

Le patrimoine historique et culturel du Mexique est inépuisable. L'UNESCO a catalogué 34 sites méritant d'être inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Le tourisme dans ce pays est l'un des moteurs économiques les plus puissants du Mexique. La saison des vacances d'été est également l'une des périodes de croissance les plus rapides pour le flux de visiteurs nationaux et étrangers. 

Si le but du tourisme est de générer du bien-être et du développement, cela implique que la communauté a un développement durable et peut améliorer sa qualité de vie. Cependant, les avantages du tourisme n'atteignent pas toujours les communautés où il est pratiqué. 

Selon les experts de l'Institut de recherche économique (IIEc) de l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM), il existe actuellement au Mexique un appauvrissement "permanent". Le Mexique, à travers son industrie touristique, a une dette sociale : lutter contre la pauvreté. Le plus grand problème au Mexique n'est pas nécessairement la violence ou la corruption, mais une inégalité qui touche particulièrement les femmes, les pauvres et les peuples autochtones.

Mexico's historical and cultural heritage is inexhaustible. UNESCO has catalogued 34 sites as deserving of inclusion in the World Heritage List. Tourism in this country is one of Mexico's strongest economic drivers. The summer vacation season is also one of the fastest growing periods for the flow of domestic and foreign visitors. 

If the purpose of tourism is to generate well-being and development, this implies that the community has a sustainable development and can improve its quality of life. However, tourism benefits do not always reach the communities where it is practiced. 

According to experts from the Economic Research Institute (IIEc) of the National Autonomous University of Mexico (UNAM), there is currently an impoverishment in Mexico that is "permanent". Mexico, through its tourism industry, has a social debt: to fight poverty. The biggest problem in Mexico is not necessarily violence or corruption, but an inequality that especially affects women, poor people and indigenous people.