1 / 70
slider (70) — contact planche (70) — fullscreen (70)

 

Theo Giacometti

Dies Irae - Marseille Colère

Dies Irae - Marseille Anger

→  commander un tirage papier
EN | FR

Il fait déjà nuit mais chaque ruelle, chaque place, chaque trottoir déborde. Marseille est dans la rue et la colère fait vibrer l'air du soir. Partout dans Noailles, des bougies ont été installées, des affiches, des fleurs, des photos racontent la tristesse et l'indignation des habitants.
Les murs pleurent.

La rue d'Aubagne bouillonne et rue Chateauredon, à quelques mètres, les Marin-pompiers évacuent encore des habitants d'un immeuble dont la cage d'escalier est en train de s'effondrer. Chaque jour la colère s'ajoute à la colère.
Partout en ville, les immeubles s'effondrent. Plus de 350 habitants ont été évacués. Un conseiller régional à démissionné.
C'est devant la mairie, barricadée pour l'occasion que le peuple marseillais ira crier sa rage. Pour une réponse simple et claire, celle des gaz lacrymogènes et des coups de matraque.

Marseille gronde, mais certains murs sont bien gardés.
 

It is already dark but every alley, every square, every sidewalk overflows. Marseille is in the street and the anger makes the evening air vibrate. All over Noailles, candles have been installed, posters, flowers, photos tell the sadness and indignation of the inhabitants. 

The walls are crying. 

The rue d'Aubagne is boiling and the rue Chateauredon, a few metres away, the Marin fire brigade is still evacuating residents from a building whose stairwell is collapsing. Every day anger is added to anger. 

All over the city, buildings are collapsing. More than 350 inhabitants have been evacuated. A regional councillor has resigned.

It is in front of the town hall, barricaded for the occasion, that the people of Marseilles will go to shout their rage. For a simple and clear answer, that of tear gas and baton blows. 

Marseille rumbles, but some walls are well guarded.