Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Tao Douay / Photography

Dans les entrailles  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

D'emblée, les spectres sont là. Des photos en noir et blanc argentique de format carré imposent l'évidence des revenants, des fantasmes et des fantômes, du dédoublement entre les morts et les vivants, de ce qu'il appelle « la lueur des entrailles »... Un des plus grands penseurs du XX° siècle Gilles Deleuze affirmait qu'on reconnaissait un artiste à son obsession et qu'il fallait demander à un artiste qu'elle était son obsession.

L'obsession de Tao Douay ne prend pas de détours, elle est dans le fameux « Tout passe » du philosophe grec Héraclite.

Tout passe, tout est emporté par le temps, tout finit par être détruit, le temps et la mort font que l'homme qui est là ensuite n'est plus là... Sauf que la photographie garde une trace de celui qui avait été là; elle est capable de faire « revenir » le mort.

La photographie est par excellence l'art des spectres et Tao Douay entre en photographie, comme Hamlet, entre en scène au début de l'acte I de la pièce de Shakespeare. 

Serge Dejean, professeur de philosophie, historien de l'art et auteur