1 / 20
slider modesheet modefullscreen mode

 

Thomas Delsol

Mr Paul et les monstres

Mr. Paul and the monsters

→  commander un tirage papier
EN | FR

Dans les services techniques de la ville, Mr Paul a une mission spéciale. Chaque matin, il part en tournée dans les ruelles de la ville, tout seul, pour récupérer tous les encombrants (les "monstres") abandonnés sur la chaussée ou les trottoirs, parfois juste à côté des points d'apport volontaire qui permettent de trier les déchets. Tout ce qui est trouvé est chargé dans la benne de son camion pour être ensuite déposé dans la déchetterie de la ville.
Mr Paul travaille à temps plein : le risque d'amende, pouvant aller jusqu'à 75 000 € dans le cas d'abandon de déchets professionnels, ne semble pas décourager le dépôt sauvage, pourtant interdit. D'autant qu'une déchetterie existe à l'entrée de la ville. Et c'est tout le paradoxe de la tâche de Mr Paul : s'il passe pour ramasser vieux fours, tentes, bâches et autres tondeuses à gazon, cela n'incite pas les habitants de la ville à faire un effort d'emmener ces "monstres" jusqu'aux points d'apport et à la déchetterie. Et s'il ne passe pas, on se plaindra de la saleté de la ville ...
La commune a donc décidé de systématiquement faire une recherche sur les auteurs des dépôts sauvages. Parfois sans succès. Jusqu'à sa retraite, Mr Paul passera donc ses journées à remplir sa benne. 
 


In the city's technical services, Mr. Paul has a special mission. Every morning, he goes on a tour of the city's alleys alone to pick up all the bulky items (the "monsters") left on the roadway or sidewalks, sometimes right next to the voluntary collection points where waste is sorted. Everything that is found is loaded into the dumpster of his truck and then deposited in the city's waste dump.
Mr Paul works full-time: the risk of a fine of up to €75,000 in the event of the abandonment of professional waste does not seem to discourage illegal dumping, even though it is prohibited. Especially since a waste disposal centre exists at the entrance to the city. And that's the paradox of Mr. Paul's task: if he passes to pick up old ovens, tents, tarpaulins and other lawnmowers, it doesn't encourage the city's inhabitants to make an effort to take these "monsters" to the drop-off points and the waste dump. And if it doesn't pass, we'll complain about the dirt in the city...
The municipality has therefore decided to systematically research the authors of wild deposits. Sometimes unsuccessful. Until his retirement, Mr. Paul will spend his days filling his dumpster.