1 / 11
slider (11)contact planche (11)fullscreen (11)

 

Paul Roquecave

Le sexe des autres

The sex of others

→  commander un tirage papier
EN | FR

 
Des couples dans leur intimité, dans leur(s) nudité(s), dans leur lit. Comment représenter l'acte intime en photographie ? Donner à voir ce qui doit rester privé, caché, voire tu. Curiosités. L'oeil du photographe est-il voyeur, ou cherche-t-il uniquement à proposer un regard, rendre compte d'un moment de chair qui se déroule ici et maintenant ? Trouver sa place en tant que photographe dans un acte qui n'appartient qu'à eux. Proposer un regard sur un ce qui se vit au présent.
Craintes. De flirter avec le vulgaire, de tomber dans l'image fausse ou facile. Que faire des clichés dont nous sommes tou.tes plus ou moins imprégné.es ? Clichés véhiculés par la pornographie : exploits irréalistes, performance, corps lissés. Et ceux du cinéma - les draps sur les seins, le sexe propre, sans accident, sans liquides, un sexe beau et sacré.
Peurs. Du regard des autres sur ce genre d'images. Du regard des autres sur le sexe des autres.
Peur et pudeur, peut-être. La pudeur de celui qui voit et dévoile, essentielle, souterraine. Elle est là, dans chacune des images montrées - se glisse là, quelque part entre les draps froissés et les peaux - frissons, quelque part entre le lit et l'oeil du photographe.

Projet en cours.
Texte de Lucie Dumas.

Série publiée dans le numéro zéro de la revue Abisto, revue photographique auto-éditée du collectif Abisto.

Couples in their intimacy, in their nudity, in their bed. How to represent the intimate act in photography? To show what must remain private, hidden, or even concealed. Curiosities. Is the eye of the photographer a voyeur, or does it only try to offer a view, to give an account of a moment of the flesh that takes place here and now? Finding one's place as a photographer in an act that belongs only to them. To offer a view of what is lived in the present.
Fears. To flirt with the vulgar, to fall into the false or easy image. What to do with the clichés we are all more or less imbued with? Clichés conveyed by pornography: unrealistic exploits, performance, smoothed bodies. And those of the cinema - sheets covering the breasts, "clean sex", without accident, without liquids, a beautiful and sacred sex.
Fears. Of other people's perception of "this kind of photography". Other people's view of other people's sex.
Fear and modesty, perhaps. The modesty of the one who sees and unveils, fundamental, underground. It is there, in each of the images shown - slips in there, somewhere between the crumpled sheets and the skins - shivers, somewhere between the bed and the photographer's eye.