+33 (0)6 74 84 43 89

pierre.red.ollier[at]gmail.com

bio en

Pierre Ollier a déjà tapé la bise à Chirac et déjeuné avec Hollande, parce qu'il a grandi en Corrèze.
Aujourd'hui, il vit à Paris comme tout le monde, travaille comme photographe de studio (mode et nature morte) pour une célèbre boite de e-commerce, et partage son temps libre entre ses projets personnels et quelques parcours de golf.
Fou d'argentique, il a construit son labo noir et blanc chez lui, mais troque sans problème ses Tri-X pour des Portra dès lors qu'il part se perdre, de préférence dans un désert ou en Ecosse. Depardon, Soth, Sarfati et Crewdson font partie de ses références, au même titre que les frères Coen, David Fincher, Charles Bukowski ou Sylvain Tesson.
Voyageur solitaire amoureux du vide, ses travaux personnels - à mi-chemin entre le documentaire et le plasticien - interrogent les notions d'identité et de territoire. Il est représenté par la galerie Goutal.
 

Pierre Ollier has already kissed Chirac and had lunch with Holland, because he grew up in Corrèze.
Today, he lives in Paris like everyone else, works as a studio photographer (fashion and still life) for a famous e-commerce company, and shares his free time between his personal projects and a few golf courses.
Crazy with film photography, he built his darkroom at home, but swaps his Tri-X for Portra as soon as he goes away to get lost, preferably in a desert or Scotland. Depardon, Soth, Sarfati and Crewdson are among his references, as are the Coen brothers, David Fincher, Charles Bukowski and Sylvain Tesson.
Lonesome traveller in love with empty spaces, his personal work - halfway between documentary and visual art - questions notions of identity and territory. He is represented by the Goutal gallery.

Pierre Ollier

Based in Paris (France)

archive

C.L.I.N.T.E.A.S.T.W.O.O.D.

C.L.I.N.T.E.A.S.T.W.O.O.D. est un western photographique sur les traces de Sergio Leone. C'est aussi un prétexte pour s'interroger sur l'indentité du désert de  (...)

ONSHORE DAYLIGHT

Onshore Daylight est une fuite. C'est une parenthèse de contemplation. Une quête d'horizon et de quiétude. C'est le choix du silence, dans le bruit des vagu (...)