1 / 24
slider modesheet modefullscreen mode

 

Pierre Ollier

C.L.I.N.T.E.A.S.T.W.O.O.D.

→  commander un tirage papier
EN | FR

C.L.I.N.T.E.A.S.T.W.O.O.D. se situe au croisement de deux ancrages. 

Dans un premier temps, il est question de références et de réappropriation. A travers cette série, j'ai voulu créer une fiction photographique sous la forme d'un western, et reprendre à mon compte le célèbre mythe du cowboy solitaire. Ainsi, je suis allé marcher dans les traces de Sergio Leone : un réalisateur Italien qui tournait en Espagne des films qui se passaient dans l'ouest Américain. 

C'est ici qu'arrive le second ancrage de la série, où s'agit de s'interroger sur l'identité du territoire. Car c'est bien en Espagne que ces photos - comme les westerns de Leone - ont été réalisés, en Andalousie, dans le désert de Tabernas. Or, depuis les années soixante, ce petit territoire conserve les vestiges du folklore d'un pays et d'une époque qui ne sont pas les siens. 

Si bien que le paysage est devenu lui-même un acteur de cinéma... 

C.L.I.N.T.E.A.S.T.W.O.O.D. has two different anchors.

First, there are references and reappropriation. Through this series, I wanted to create a photographic fiction in the form of a western, and take on the famous myth of the lonesome cowboy.

Then, There is the question of the identity of the territory. Since Leone's western movies in the sixties, the Tabernas desert (the small parcel of Spain where he directed his famous Dollar Trilogy), kept the marks and of a folklore from a country and time that do not belong to it. 

As a result, the landscape itself becomes a film actor...