1 / 18
slider (18)contact planche (18)fullscreen (18)

 

Patricia Huchot-Boissier

PLEIN LE DOS

PLEIN LE DOS

→  commander un tirage papier
EN | FR

Rencontre avec Louise, présentation de l'initiative « Plein le dos ». Commercy le 19 Janvier 2020.

« Plein le dos » qu'es aquò ?
C'est une idée qui date de Janvier 2019, au début du mouvement des Gilets Jaunes, quand des gens prenaient des photos de ce qui était écrit  sur le dos des gilets. Je voyais des petits albums sur les réseaux sociaux, les gens publiaient chacun dans leur coin.  Puis c'est devenu un mouvement national. Toutes les semaines, des Gilets jaunes déboulaient à Paris, ils arrivaient de partout, de toute la France... Par le biais des réseaux sociaux, ils ont créé un Facebook, un Twitter et un premier blog Tumblr sur lequel j'ai publié les premières photos données par les copains, majoritairement d'abord des photographes professionnels, à Paris, militants, qui travaillent chez Hans Lucas... Et on a fait une version Beta de la Galerie « Plein le dos ». 

Quelle suite y avez-vous donnée ?
Avec ça, on a tracté dans les manifs tous les samedis. On regardait cette galerie en ligne, avec nos petits tracts, au début les Feuilles jaunes n'existent pas. Au mois de mars la galerie commençait à devenir importante, toutes les semaines des gens nous envoyaient des photos, ça progressait doucement. C'est au mois de mars qu'apparaît l'idée d'en faire une Feuille jaune.

C'est-à-dire ?
 Comme un poster, un truc imprimé à bas coût recto-verso qui montre, qui donne à voir ce projet qui se constitue sur le net, en matériel physique. Donc on en est là aujourd'hui, en Janvier 2020, un an après le début de ce projet. On a fait, j'ai conçu, parce que je suis graphiste, 11 numéros différents qui sont diffusés pendant les manifestations à prix libre pour rembourser les frais d'impression et cagnotter pour les caisses des blessés...

Comment arrive le livre ?
Au mois de Mars, Avril de l'année dernière, un éditeur nous a contactés, les Editions du Bout de la Vie, qui sont en Ariège. Des gens qui sont derrière le journal L'Envolée, journal de témoignages qui est diffusé en milieu carcéral notamment, des témoignages de prisonniers... Ils ont trouvé notre travail super et nous ont demandé si on était d'accord pour en faire un livre. Après discussions et s'être assurés que ce livre ne ferait pas de gras, que personne n'allait s'en mettre plein les poches... Parce que les photos elles ne nous appartiennent pas, elles nous sont confiées en confiance pour en faire un usage militant. S'il y a une parution dans un journal, c'est payant, on demande aux médias de faire un don dans la cagnotte.

Et donc banco?
Oui, au mois de Juillet on a préparé la sélection d'images, les Editions du Bout de la Vie font l'ouvrage, un projet d'éditeur qui s'appuie sur le travail de notre collectif, et aujourd'hui les Feuilles jaunes en question sont diffusées à Paris mais aussi à Marseille, Toulouse, au Havre, dans le Tarn, en Corse...
En fait à chaque fois que quelqu'un vient à Paris et qu'il dit « mais chez moi ça n'existe pas », on lui dit ben écoute, prends, va diffuser chez toi, voila le RIB de l'association et quand t'as fini ta diffusion tu déposes la tune que t'as ramassée sur le compte, et quand tu reviens on te repassera des Feuilles. On imprime tout à Paris, ça coûte moins cher d'imprimer 100 000 exemplaires? 

Le premier bilan de cette action ?
 La diffusion de ces Feuilles jaunes plus le livre ont permis de donner 14 000 € à 17 blessés, à 2 Caisses de Défense Collective, Île-de-France et Toulouse, dont 1500 € à InfoCom CGT parce qu'on a fait un numéro spécial Grève récemment. Voilà, c'est un outil qui permet à la fois de redonner au mouvement ce que le mouvement produit, un outil d'histoires populaires, de mémoire, ça permet de diffuser les messages, de les faire infuser dans la société. C'est un outil d'émancipation collective au final, un outil solidaire qui permet de ramasser de la tune.

Aujourd'hui le projet « Plein le Dos » n'est-il pas en train de devenir une vraie galerie ?

C'est mon impression. D'ailleurs on a été contactés par l'Université d'Harvard, elle nous a dit son désir de vouloir aspirer notre site pour en faire un archivage pérenne sur leur site. Et c'est très bien. On estime qu'à terme, une fois qu'on aura fini de faire vivre ces images comme ça, on proposera de les donner, verser le fonds aux Archives Nationales ou à la Bibliothèque Nationale de France... Parce que ça ne nous appartient pas.

Le collectif compte combien de personnes ?
Beaucoup, je ne sais pas combien exactement ; il y a des personnes qui diffusent ces Feuilles jaunes, moi j'ai des contacts, Anouk à Marseille, Joël à Toulouse, Damien dans le Tarn, mais on ne sait pas combien de personnes rassemble ce collectif  « Plein le Dos ».

Le fonctionnement ?
 C'est du bricolage, c'est vraiment un mode en auto gestion. On reçoit des sms : « J'ai plus de feuilles dans le Tarn, comment on fait ? »  Ben t'as un copain qui monte à Paris bientôt? Oui, non ? Ça tourne comme ça. Le livre est sorti en librairie le 16 Janvier mais on a fait une diffusion militante un mois avant. 

patricia huchot-boissier
(Rencontre avec Louise du Collectif "Plein le Dos" dans le cadre de "Commune des Communes" à Commercy,le 19 Janvier 2020) .


 

Meeting with Louise, presentation of the "Plein le dos" initiative. Commercy on January 19, 2020.

" Plein le dos " qu'es aquò?
It's an idea that dates from January 2019, at the beginning of the Vest movement.
yellow, when people took pictures of what was written on the back of the
vests. I would see little albums on social networks, people would post
each in their own corner.  Then it became a national movement. Every
weeks of yellow jackets were arriving in Paris, they came from everywhere, from all over the world.
France. Through social networks they have created a Facebook, a Twiter and a
a first Tumblr block on which I published the first pictures given by the
friends, mostly professional photographers, in Paris,
activists who work for Hans Lucas... and other photographers.  And we're doing a beta version of the
Gallery "Plein le dos".

What follow-up did you give?
We used it to pull in the demonstrations every Saturday. We watched this gallery in
line, with our little leaflets, at the beginning the Yellow Leaves do not exist. At least
of March the gallery was starting to become important, every week people
were sending us pictures, it was progressing slowly.
It was in March that the idea of making a Yellow Leaf appeared.

What was it?
 Like a poster, something printed cheaply on both sides that shows, that gives
to see this project, which is built up on the net, in physical material. So here we are.
here today, in January 2020, one year after this project began.
We did, I did, because I'm a graphic designer, designed 11 different issues that
are broadcast during the events at a free price to reimburse the expenses
printing and jackpot for the wounded's coffers.

How's the book coming?
In March, April of last year, a publisher contacted us, the
Editions du Bout de la Vie, are Ariège. People who are behind the newspaper
L'Envolé, a newspaper of testimonies that is distributed in prisons in particular,
testimonials from prisoners. They thought our work was great, and they found us
asked if we agreed to do a book.
After discussion and being assured that this book would not be fat, that no one
...was going to pick his pocket. Cause the pictures, they don't
do not belong to us, they are entrusted to us in trust to use them.
activist. If there's a publication in a newspaper, it's paid for, we ask the
media to donate to the fund.

And so banco...
Yes, in the month of July we prepared the selection of images, the Editions du Bout de
la Vie font l'ouvrage, a publisher's project that builds on the work of our
collective, and today the Feuilles jaunes in question are distributed in Paris, but the
also in Marseille, Toulouse, Le Havre, Tarn, Corsica...
In fact, every time someone comes to Paris and says "but that's what I do at home"...
is not there", we tell him: "listen, take, go and broadcast at home, here is the RIB of
the association and when you finish your broadcast you put the money you've collected on the
the count, and when you come back we'll iron some leaves for you. We print everything at
Paris, it's cheaper to print 100,000 copies...

The first results of this action?
 The distribution of these Yellow Pages, plus the book, have enabled us to donate €14,000...
17 wounded, 2 Collective Defence Funds, Ile de France and Toulouse, including
1500 € to InfoCom CGT because we did a special strike issue recently.
There you have it, it's a tool that allows you to give back to the movement what the
product movement, a tool of popular stories, memory, it allows to
to spread the messages, to infuse them into society. It is a tool
of collective emancipation in the end, a tool for solidarity that makes it possible to gather
tune.

Isn't the "Plein le Dos" project becoming a real gallery?
That's my impression. Besides, we've been contacted by Harvard University,
she told us about her desire to vacuum our site to make it a
permanent archiving on their site. And that's fine. It is estimated that in time, once
that we're done bringing these images to life like this, we'll offer to give them away,
pay the fund to the National Archives or the National Library of
France... Because it doesn't belong to us.

How many people are in the collective?
A lot, I don't know how many exactly; there are people who broadcast
I've got contacts, Anouk in Marseille, Joël in Toulouse,
Damien in the Tarn, but we don't know how many people are gathering this
collective "Plein le Dos".

How does it work?
 It's do-it-yourself, it's really a self-management mode. We're getting text messages:
"I've got more leaves in the Tarn, how do we do ... »
Well, you've got a boyfriend who's going up to Paris soon. Yeah, don't you? That's how it goes.
The book came out in bookstores on January 16th but we made a militant dif one...
months before.

patricia huchot-boissier
(Meeting with Louise of the Collective "Plein le Dos" in the context of "Commune des Communes" in Commercy, January 19, 2020).