1 / 50
slider (50) — contact planche (50) — fullscreen (50)

 

Patricia Huchot-Boissier

COMMUNE DES COMMUNES DE COMMERCY

COMMON OF COMMONS OF COMMERCY

→  commander un tirage papier
EN | FR

Rencontre nationale des Communes Libres et des initiatives Municipalistes, de Commercy le 18 & 19 Janvier 2020. La première Assemblée des Assemblées.
Voici la proposition de programme pour la rencontre. Comment coopérer entre Communes Libres, échanger et mutualiser nos expériences, partager nos outils, enraciner le rapport de force localement et nationalement, et le reste!...
Vive le pouvoir au(x) peuple(s), pour le(s) peuple(s) , par le(s) peuple(s) !

Depuis Montauban départ avec Patrick et Ben du collectif Montauban en Commun 2020, direction la Lorraine pour Commercy. Propos recueillis par patricia huchot-boissier

Rencontre avec Claude Kezer
Claude fait partie de l'organisation de la première rencontre « Commune des Communes » les 18 et 19 janvier 2020.
 Au dĂ©part ça s'est passĂ© un petit peu comme on dit « Ă  l'arrache » par chez nous, c'est-Ă -dire on n'Ă©tait pas près, on Ă©tait pas assez nombreux, on avait peur, on se disait que ça n'allait pas marcher et finalement, au dernier moment, tout Ă©tait prĂŞt. En fait on se fait toujours un monde de l'organisation d'un week-end de ce genre, mais somme toute c'est assez simple, il se passe jamais de grande catastrophe.
On est dans un village qui s'appelle Sampigny, à 8 kilomètres au nord de Commercy, dans une belle salle des fêtes qui peut accueillir jusqu'à 900 personnes, donc on a choisi cette salle pour avoir de l'espace, pour faire des groupes de travail, pour être à l'aise.

Venue des gens de toutes les régions de France ?
Oui ça réunit des gens de toute la France, de Belgique également , toutes les régions sont représentées à peu près, même si c'est qu'une ou deux personnes à la fois, oui on est plutôt contents de cette représentation-là, sachant que c'est vraiment des représentations, c'est pas l'ensemble du mouvement ; sachant aussi qu'on est dans un mouvement de construction, d'élaboration et pas dans un mouvement revendicatif, pas dans un mouvement de mobilisation, donc c'est fatal qu'on ne puisse pas avoir tant de monde par exemple qu'à l'Assemblée des Gilets Jaunes par exemple où on était 300 / 400 personnes, mais enfin on est déjà contents de cette première édition, et puis ça nous encourage à en imaginer d'autres par la suite.

C'est un bel outil de travail.
La rencontre physique c'est un des outils, oui, ça donne envie, ça crée une dynamique, on peut imaginer d'autre outils, qui évitent au gens de traverser la France pour se rencontrer, pour mutualiser, et bon c'est sûr que c'est un beau week-end, de rencontres riches, intéressantes,
avec la création d'un hymne sur la « commune des communes ».

Les projets qui ont émergé ?
Les projets c'est justement de trouver les bons outils de mutualisation, des propositions ont été faites, il y a des outils, existants, est-ce qu'on va se les accaparer...
Maintenant il faut mûrir, maturer tout ça, on va envoyer les comptes-rendus à tout le monde, chaque groupe va réfléchir, on a constaté aussi qu'on n'avait pas tous les mêmes expériences de procédé, donc tout cela faut le mûrir aussi, continuer ensemble dans le respect de nos spécificités, je pense que ça, ça va être important, on ne travaille pas tous de la même façon, on n'est pas tous au même degré de pensée ou de réflexion dans la Démocratie Directe, certains ne font que de la Démocratie Participative, c'est-à-dire que c'est les élus qui décident, et d'autres comme nous, Montauban aussi, qui veulent de la Démocratie Directe c'est-à-dire que c'est les gens qui décident, donc c'est quand même des démarches un peu différentes, certains restent dans le cadre demi-partidaire, c'est-à-dire qu'ils s'allient avec des partis dits progressistes, d'autres comme nous excluent cette logique-là parce qu'elle nous paraît excluante et clivante dès le départ, donc on n'est pas là pour juger des pratiques des uns et des autres, juste pour les confronter et échanger des expériences, on verra bien ce qui marche ce qui ne marche pas, ce qui peut être amélioré par la suite, l'essentiel est que toutes et tous ensemble ont aspire à une société plus juste, meilleure, beaucoup plus démocratique et qu'on aille vers cela, chacun à son rythme, chacun en faisant les expériences qu'on peut selon le contexte local. Après, la création de l'outil elle est délicate, on va voir, c'est là-dessus qu'il faut qu'on évolue, c'est pour ça qu'à mon sens il faudra qu'il y ait d'autres rencontres de ce genre pour affiner tout ça, aujourd'hui on a vu qu'il y avait un besoin, qu'il y avait une vraie envie, un espoir aussi, un espoir de répondre aux attentes des gens qui se heurtent aux murs des institutions, à toutes les difficultés sociales et écologiques qu'il y a, qui ne trouvent pas tous les vecteurs qui leur permettent d'assouvir leur légitime revendication, il y a un contexte qui fait que la population est mûre pour adhérer et entendre, explorer d'autres expériences, et à nous de profiter de ce contexte, à nous qui avons quelques idées de les expérimenter, de les mettre en chantier, partager entre le maximum de gens possible.

Projet de Confédération
Avant de faire une confĂ©dĂ©ration de "communes libres" entre guillemets , il faudra d'abord que les communes soient vĂ©ritablement libres et qu'il y ait des AssemblĂ©es Citoyennes partout ce qui est loin d'ĂŞtre le cas, lĂ  si on fait une confĂ©dĂ©ration au stade oĂą on en est, elle ne sera pas significative, il faut complĂ©ter prolonger les ancrages locaux mais en envisageant cette confĂ©dĂ©ration dès maintenant. C'est un encouragement d'ancrage, si on respecte les Ă©tapes on peut attendre longtemps alors que lĂ  on sait que on ne sera pas seuls, il y a d'autres personnes dans toute la France et Ă  l'Ă©tranger pour faire des expĂ©riences similaire et qui sont prĂŞtes Ă  se rencontrer, Ă  se fĂ©dĂ©rer avec nous, donc ça peut permettre, ça peut avoir un effet crescendo sur les dynamiques locales, c'est ce qu'on espère en tout cas en organisant cette rencontre  « la commune des communes ».

National Meeting of Free Communes and Municipalist Initiatives, in Commercy on 18 & 19 January 2020.
Here is the proposed program for the meeting. How can we cooperate between Free Communes, exchange and mutualize our experiences, share our tools, root the balance of power locally and nationally, and the rest.
Long live power to the people, for the people, by the people!
From Montauban departure with Patrick and Ben from the list Montauban en Commun 2020, direction Lorraine for Commercy.
To follow the portraits interviews of Magali Fricaudet, Henri Kotobi, Gilles Matinet, Benoit Angibault, Steven Mathieu, Guillaume.... 
Interview by patricia huchot-boissier

Meeting with Claude Kezer
Claude is part of the organisation of the first "Commune des Communes" meeting on 18 and 19 January 2020.
 At the beginning, it was a little bit like we say "a l'arrache" by our house, that is to say we were not close, we were not enough, we are afraid, we told ourselves that it would not work, and finally at the last moment everything was ready. In fact we always have a great idea of a world of such a weekend organization, but it's quite simple, there is never a big disaster.
We are in a village called Sampingny, 8 kilometers north of Commercy in a beautiful village hall that can accommodate up to 900 people, so we chose this room to have space, to make work groups, to be comfortable.

Coming from all over France.
Yes, it brings together people from all over France, from Belgium as well, all the regions are represented, even if it's only one or two people at a time, yes, we are rather happy with this representation, knowing that it's really representations, it's not the whole movement, also knowing that we are in a movement of construction and elaboration and not in a protest movement, not in a mobilization movement, so it's fatal that we can't have as many people as the assembly of the yellow vests for example where we were 300 / 400 people, but finally we're already happy with this first edition, and it encourages us to imagine others afterwards.

It's a nice working tool
The physical meeting is one of the tools, yes, it gives desire, it creates a dynamic, we can imagine other tools, which avoids people to cross France to meet each other, to mutualize, and of course it's a beautiful weekend, rich and interesting meeting,
with the creation of a hymn on the "commune of the communes,",

The projects that have emerged?
The projects is precisely to find the right tools for mutualization, proposals have been made and tools exist, existing tools are what we will monopolize ... Now we have to mature all this, we will send the reports to everyone, each group will think about it, we have also noticed that we did not all have the same experiences to proceed so all this has to be matured and continue together in the respect of our specificities, I think that it will be important, we do not all work in the same way, we are not all at the same level of thought or reflection in Direct Democracy, there is a certain fact that in Participatory Democracy, that is to say that it is the elected representatives who decide and decide on the way to proceed, and that is why we have to continue to work together.Others like us, Montauban also, who want Direct Democracy, that is to say that it is the people who decide, so it is nevertheless a little different approaches, some remain within the half party framework, that is to say that they are in the middle of the party.We are not here to judge each other's practices, just to confront them and exchange experiences, we will see what works and what doesn't. We are not here to judge each other's practices, just to confront them and exchange experiences, What can be improved later on, the main thing is that all of us together aspire to a fairer, better and much more democratic society and that we all go towards that at our own pace, each one doing the experiences we can according to the local context, after the creation of the European Union.Today we have seen that there is a need, a real desire, a hope as well, a hope to respond to the expectations of people who come up against the walls of the institutions, to all the social and ecological difficulties that have been created, which does not find all the vectors that allow them to assuage their legitimate claim, there is a context that makes the population ripe to adhere and to hear, to explore other experiences and it is up to us to take advantage of this context, to us who have some ideas and experienced them to put them into action, to share among the maximum number of people possible.

Confederation Project
Before making a confederation of free communes in quotation marks, it will be necessary to make an agreement between the municipalities.If we make a confederation at the stage where we have one, it will not be significant, it is necessary to complete the extension of the local inking but by envisaging this confederation from now on it is an encouragement of inking, if we respect the stages we can wait a long time, but the thing is that we won't be alone, there are other people all over France, abroad to make similar experiences and who are ready to meet and federate with us, so it can allow, it can have a crechdo effect on the local dynamics, that's what we hope in all this by organizing this meeting "the commune of the communes,"".