1 / 38
slider (38)contact planche (38)fullscreen (38)

 

Patricia Huchot-Boissier

MARAUDE DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE A MONTAUBAN

FRENCH RED CROSS MARAUDE AT MONTAUBAN

→  commander un tirage papier
EN | FR

MARAUDE DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE A MONTAUBAN

Qu'il pleuve, qu'il neige, la maraude de la Croix-Rouge française est en action auprès des sans-abris. Partout en France les équipes tournantes sont sur le terrain pour apporter à manger, une couverture, un regard, une parole à des personnes se retrouvant à la rue pour une nuit ou plus.
La maraude a été créée en 2000 par Bernard Cahue (alors vice-président de la Délégation Départementale de la Croix-Rouge), à Montauban et sur le département 82 avec la distribution de boissons chaudes deux soirs par semaine. Par la suite, ça s'est amélioré avec distribution de soupe, du pain, des fruits, des sandwichs.  La ville de Montauban à partir de 2012 participe en offrant 25 repas chauds par jour pendant la période d'hiver (1er octobre / 31 mars). 
17h. Je lasse mes chaussures de marche et, quelques notes posées ici, le formulaire de bénévole d'un jour rempli et signé. Je pars rejoindre Cathy, Bernard et FX (bénévole qui s'est retrouvé lui-même à la rue après un accident de la vie, sortie d'affaire grâce à "la main tendue » à Toulouse), à la rencontre de Will, Kas, Simon, Mat, Petit Farfa, Aurelien, Ibraka, IGX. Le repas aujourd'hui sera soupe, choux et tacos offerts tous les samedis par Big Tacos. Comme chaque soir avant de démarrer la maraude coup de téléphone au 115 pour savoir ce qu'ils ont eu comme appel, quelles sont les personnes à aller voir...

Rencontre avec Bernard Gouault, bénévole et responsable de l'équipe mobile / SAMU Social. Organisation des maraudes du Tarn et Garonne.

Voilà plus de 10 ans que Bernard est bénévole au sein de la Croix Rouge de Montauban. Suite à un article du journal local disant qu'il manquait de maraudeurs, il s'est senti disponible et s'est présenté. 

« Après trois ans de maraude, je suis devenu formateur "SOLIDAR". Ce module est obligatoire pour les nouveaux maraudeurs (1 journée de formation). Il explique les types de situations rencontrées à la rue (parcours de désocialisation, addictions,...) et la pratique des bénévoles (rapport à l'autre, règles d'hygiène, règles de sécurité, rôle et limites de l'action) ainsi que les cas que l'on peut rencontrer dans la rue, au niveau santé, psychologique, leur itinéraire. Sans être intrusif, il faut toujours que les confidences viennent d'eux, qu'ils soient en confiance et qu'ils nous expliquent ce qui les a amené là. ». C'est le premier pas qui va les aider à sortir de cette mauvaise passe grâce à la collaboration de l'assistante sociale du SIAO 115 (détachée de Relience 82 auprès de la maraude un soir par semaine).

Les maraudes se font les jours en période hivernale, du 1er novembre au 31 mars de 19h à24h, et 3 fois par semaine le reste de l'année afin ne pas perdre le contact avec les bénéficiaires, visibles et invisibles...

« Avec aussi le souci d'avoir le nombre exact de personnes qui sont sans solution, qu'il faut aider. Et ces personnes, souvent, n'appellent pas ou plus le 115 parce qu'ils savent que la réponse sera négative, c'est surtout vrai pour les hébergements... Ce sont les invisibles.
Nous ne distinguons absolument pas les personnes, en fonction de leur religion, leur orientation sexuelle, leur race, leur statut administratif... Nous nous occupons de tous ceux qui sont dans la détresse, en situation de précarité, vulnérables. C'est un principe de la Croix Rouge.
Leur identité, avec ou sans papier, leur situation, ne sont jamais divulguées.
Le seul critère que nous avons pour les aider, c'est qu'ils sont en situation de précarité, de détresse. Un respect et une discrétion totale quant à leur identité sont imposés aux maraudeurs.

Il faut que les bénéficiaires arrivent à se confier aux maraudeurs, qu'ils sachent que ces derniers sont tenus et engagés par une clause de confidentialité, une éthique qui fait partie de l'ADN de la Croix Rouge, la relation de confiance est très importante...

« Oui, les personnes qui arrivent et qui sont très méfiantes vis à vis de nous, nous essayons de leur expliquer que nos échanges restent confidentiels. La seule fois où nous avons affaire avec la police, c'est quand nous rencontrons des mineurs isolés. A Montauban, ville moyenne, c'est rare. C'est la police qui doit gérer, prévenir le procureur pour la prise en charge. 
Aujourd'hui les solutions sont difficilement gérables par les différents organismes : CDEF ou ASE, des organismes qui sont pleins actuellement par manque de places et qui n'ont pas de solution par ailleurs.
Il nous arrive de déposer des gens au commissariat et de les retrouver dans la rue le lendemain, sans solution et pourtant c'est interdit par la loi !
De même, nous n'imposons jamais à quelqu'un de se mettre à l'abri, nous lui proposons d'appeler le 115 pour un hébergement, s'il refus, c'est son choix ! 

Alors nous essayons de subvenir à leurs besoins, leurs demandes, avec les dons réguliers que l'on reçoit.
Beaucoup de personnes individuelles, des écoles (associations de parents d'élève) qui organisent des collectes qu'ils nous remettent, pour les couvertures nous récupérons au sein des établissements, par exemple village vacances, hôtels, à chaque fois qu'ils renouvellent leur literie. Pour nous c'est très intéressant puisque ça représente des vêtements variés (blousons, pulls, sous-vêtements, pantalons, chaussures, couvertures).
L'hébergement d'urgence est géré par Emmaüs, par Relience 82 ; le département dispose actuellement d'environ 150 places d'hébergement. 
Sous la coupe du SIAO, qui gère le 115, nous travaillons avec l'EMPP, la PASS , le CCAS, la Préfecture au niveau de la DDCSPP, la Mairie de Montauban pour les repas et la CPAM, service qui propose des bilans de santé complets.
Nous avons aussi des partenariats divers qui nous permettent d'améliorer un peu la vie des personnes de la rue (sandwichs, vêtements, etc...).
Quand nous rencontrons des familles en maraudes nous lançons une alerte au 115, tous les soirs nous envoyons un compte rendu, un bilan quantitatif des personnes que nous avons rencontrées et s'il y a une situation spécifique, nous la signalons sur ce rapport. Le SIAO Relience 82 essaye de le prendre en charge le plus rapidement possible... » 

Il manquerait aujourd'hui de 50 à 100 places d'hébergements...
« Prochainement la préfecture a le projet d'ouvrir une structure pour une quarantaine de places, elle est toujours en recherche de locaux. La Préfecture du Tarn et Garonne est très sensible à l'hébergement des personnes».

Alors quoi qu'il en soit, plus nous auront de bénévoles mieux ce sera.
Appel aux bénévoles contacter Bernard 06 79 33 13 26 par SMS s'il n'y a pas de réponse, Croix Rouge / Samu social 


Rappel :
Grâce à la Plateforme commune 3S (santé, social, secours) de Montauban, ces numéros seront à terme regroupés : le 112 (secours européen), le 18 (pompiers), le 15 (SAMU), le 115 (Relience 82, urgence sociale), le 119 (enfance en danger) et le 3966 (médecins de garde).

Tous les numéros d'urgence sont regroupés, quand on appelle le 112 en fait on contacte tout le monde. 

Texte et Propos recueillis par Patricia Huchot-Boissier

FRENCH RED CROSS MARAUDE IN MONTAUBAN

Whether it rains or snows, the French Red Cross maraude is in action with the homeless. All over France, rotating teams are on the ground to bring food, a blanket, a look, a word to people who find themselves on the street for a night or more.
The maraude was created in 2000 by Bernard Cahue (then vice-president of the Departmental Delegation of the Red Cross), in Montauban and on the 82 department with the distribution of hot drinks two evenings a week. Afterwards, it improved with the distribution of soup, bread, fruit and sandwiches.  The city of Montauban from 2012 is participating by offering 25 hot meals per day during the winter period (October 1st / March 31st).
17h. I wear my walking shoes and, a few notes put here, the volunteer form for one day filled and signed. I leave to join Cathy, Bernard and FX (volunteer who found himself on the street after an accident in life, out of business thanks to "la main tendue" in Toulouse), to meet Will, Kas, Simon, Mat, Petit Farfa, Aurelien, Ibraka, IGX. The meal today will be soup, cabbage and tacos offered every Saturday by Big Tacos. As every night before starting the marauding, phone call to 115 to know what they got as call, who are the people to go and see...

Meeting with Bernard Gouault, volunteer and head of the mobile team / SAMU Social. Organization of the maraudes du Tarn et Garonne.

Bernard has been a volunteer with the Red Cross of Montauban for more than 10 years. Following an article in the local newspaper saying that there was a lack of marauders, he felt available and introduced himself.

"After three years of marauding, I became a "SOLIDAR" trainer. This module is mandatory for new marauders (1 day of training). It explains the types of situations encountered in the street (desocialisation, addictions,...) and the practice of volunteers (relationship with others, hygiene rules, safety rules, role and limits of action) as well as the cases that can be encountered in the street, in terms of health, psychological, their itinerary. Without being intrusive, it is always necessary that the confidences come from them, that they are in confidence and that they explain to us what brought them there. ». This is the first step that will help them to get out of this bad patch thanks to the collaboration of the social worker from SIAO 115 (detached from Relience 82 to the marauding one evening a week).

The marauding is done during the winter period, from November 1st to March 31st from 7pm to midnight, and 3 times a week during the rest of the year in order not to lose contact with the beneficiaries, visible and invisible...

"With also the concern to have the exact number of people who are without a solution, who need to be helped. And these people often don't call 115 or no longer call because they know that the answer will be negative, this is especially true for the lodgings... These are the invisible ones.
We make no distinction whatsoever between people, according to their religion, sexual orientation, race, administrative status... We take care of all those who are in distress, in precarious situations, vulnerable. This is a Red Cross principle.
Their identity, with or without papers, their situation, is never divulged.
The only criterion we have to help them is that they are in a precarious situation, in distress. Marauders are required to respect and keep their identity completely secret.

The beneficiaries must be able to confide in the marauders, they must know that the marauders are bound and committed by a confidentiality clause, an ethic that is part of the DNA of the Red Cross, the relationship of trust is very important...

"Yes, the people who arrive and who are very distrustful of us, we try to explain to them that our exchanges remain confidential. The only time we deal with the police is when we meet unaccompanied minors. In Montauban, a medium-sized town, this is rare. It's the police who have to deal with it, notifying the prosecutor for the taking in charge.
Today, the solutions are difficult to manage by the different organizations: CDEF or ASE, organizations that are currently full due to a lack of places and which have no solution elsewhere.
Sometimes we drop people off at the police station and find them in the street the next day, without any solution, and yet it is forbidden by law!
In the same way, we never force someone to take shelter, we offer to call 115 for accommodation, if he refuses, it's his choice!

So we try to provide for their needs, their requests, with the regular donations we receive.
Many individuals, schools (parents' associations) who organize collections that they give us, for the blankets we collect from the establishments, for example holiday village, hotels, each time they renew their bedding. For us it is very interesting because it represents a variety of clothes (jackets, sweaters, underwear, trousers, shoes, blankets).
Emergency accommodation is managed by Emmaus, by Relience 82; the department currently has around 150 accommodation places.
Under the aegis of the SIAO, which manages the 115, we work with the EMPP, the PASS, the CCAS, the Prefecture at the SDCSPP level, the Montauban town hall for meals and the CPAM, a service which offers comprehensive health check-ups.
We also have various partnerships that allow us to improve a little bit the life of street people (sandwiches, clothes, etc...).
When we meet families on the streets we send an alert to 115, every evening we send a report, a quantitative assessment of the people we have met and if there is a specific situation, we report it on this report. The SIAO Relience 82 tries to take care of it as quickly as possible... »

Today, there is a shortage of 50 to 100 accommodation places...
"Soon the prefecture has the project to open a structure for about 40 places, it is still looking for premises. The Prefecture of the Tarn et Garonne is very sensitive to the accommodation of people".

So whatever the case, the more volunteers we have, the better it will be.
Call for volunteers contact Bernard 06 79 33 13 26 by SMS if there is no answer, Red Cross / Samu social

Reminder:
Thanks to the common platform 3S (health, social, rescue) of Montauban, these numbers will eventually be grouped together: 112 (European rescue), 18 (fire brigade), 15 (SAMU), 115 (Relience 82, social emergency), 119 (children in danger) and 3966 (doctors on duty).

All the emergency numbers are grouped together, so when you call 112 you actually contact everyone.


Text and comments collected by Patricia Huchot-Boissier