1 / 45
slider (45)contact planche (45)fullscreen (45)

 

Patricia Huchot-Boissier

Manifestation Pour le Droit à l'IVG !

Demonstration for the Right to abortion!

→  commander un tirage papier
EN | FR

Avortement, les femmes décident ! Toulouse. Journée Internationale pour le droit à l'avortement
47000 femmes sont mortes en 2019 des suites d'un avortement clandestin.
Le 28 Septembre toutes en lutte partout dans le monde pour le droit a l'IVG !

Dans de nombreux pays, ce droit n'est toujours pas acquis : de Malte à la Macédoine, du Maroc à l'Algérie, dans la majorité des pays d'Amérique Latine, l'avortement n'est toujours pas légal.

Dans d'autres il est très limité : au Chili suite à des mobilisations massives il a été dépénalisé en 2017 en cas de viol et de risque vital pour la mère ou le fetus, en argentine en 2018, également suite à une mobilisation importante, le Parlement approuvait une loi rejetée par le sénat. Une nouvelle proposition a été déposée que le nouveau gouvernement devrait appuyer.

En Irlande en Mai 2018, après le oui massif au référendum, l'avortement a été légalisé.
Dans d'autres pays, quand il est légal, des forces obscurantistes, religieuses et politiques cherchent à le remettre en question : ce fût le cas en Espagne en 2015, en Pologne en 2016 et où seules les mobilisations massives ont fait reculer les gouvernements. Aujourd'hui une nouvelle vague réactionnaire s'attaque au droit fondamental des femmes : celui de choisir. Aux Etats-Unis, suite à l'élection de D. Trump, dans 28 Etats sur 50, de nouvelles règles ont été mises en place pour restreindre ce droit.

Mais il est une autre façon de restreindre ce droit : les politiques d'austérité qui s'attaquent partout dans le monde aux systèmes de santé sont un frein dans l'accès à l'IVG. En France, les fermetures de lits de centres de proximité, le maintien de la clause de conscience des médecins, la baisse des subventions, notamment pour le Planning Familial, autant d?obstacles qui pénalisent les femmes, en particulier les plus pauvres.
Ainsi ce sont encore, chaque année en France, entre 3.000 et 5.000 femmes contraintes d'aller à l?étranger pour dépassement des délais. Celles qui n'en n'ont pas les moyens sont alors confrontées à une grossesse non désirée.

Face à cette situation, nous réaffirmons la nécessité d'une prise en charge de proximité simplifiée et gratuite de l'IVG.
Cela suppose: l'arrêt des fermetures de lits et de services ; le maintien et le développement des services publics sur tout le territoire ; un centre IVG à hôpital pour toutes les femmes, avec choix de la méthode, l'allongement du délai légal, la suppression de la clause de conscience spécifique à l'IVG, l'application ferme de la loi contre le délit d'entrave, des moyens pérennes pour les associations, le développement d'une politique d?éducation, de prévention, la fin de la culpabilisation des femmes qui avortent, l?accès et la gratuité des moyens contraceptifs.

Partout dans le monde et en France des femmes se mobilisent. A Toulouse ces 3 dernières années les aides-soignantes et infirmières se sont mises en grève contre des fermetures de lits et des suppressions de postes qui risquaient d?empêcher les femmes d'avorter en allongeant les délais et en détériorant leur prise en charge. De nombreuses associations, syndicats et partis se sont mobilisés à leurs côtés. Ces mobilisations ont été, en grande partie, victorieuses. La lutte paye ! Mobilisons-nous le 28 septembre !

Un enfant, si je veux, quand je veux !
Se battre pour le droit fondamental des femmes de décider d'avoir ou non un enfant c'est aussi se battre pour l'accès à la PMA pour toutes. Il est aujourd'hui inacceptable que certaines d'entre nous soient discriminées en fonction de notre orientation sexuelle.

Premières organisations signataires :

APIAF, Assemblée féministe Nati Yarza, Bagdam Espace lesbien , Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des Femmes, Du Pain Et Des Roses, Folles Saisons, Association Grisélidis, Les Chorâleuses, Marche Mondiale des Femmes France, Osez Le Féminisme Toulouse, Planning Familial 31 , ALDA - Lesbiennes réfugiées, Toutes en grève 31,
Soirée de soutien à Act up sud ouest, Attac Toulouse, Association Nationale Le CRI, CMCAS de Toulouse, DAL Toulouse31, Le Mouvement de la Paix, Teledebout Webtv, UPT
Snuipp 31 FSU, Solidaires 31, Sud-Rail Midi Pyrénées, Sud santé sociaux Haute Garonne, SUD CT 31 union syndicale Solidaires, UD CGT 31, UET,
Copernic 31, EELV Toulouse, Ensemble 31 Haute-Garonne, Gauche Démocratique et Sociale 31, LO-31, Npa-infos Haute Garonne, PCF31, PG31, Union Antifasciste Toulousaine

Abortion, women decide! Toulouse. International Day for the Right to Abortion
47,000 women died in 2019 as a result of a clandestine abortion.
On September 28, all of them fighting all over the world for the right to abortion!

In many countries, this right is still not acquired: from Malta to Macedonia, from Morocco to Algeria, in most Latin American countries, abortion is still not legal.

In other cases, it is very limited: in Chile, following massive mobilizations, it was decriminalised in 2017 in the event of rape and vital risk to the mother or foetus, in Argentina in 2018, also following a major mobilization, Parliament approved a law rejected by the Senate. A new proposal has been tabled that the new government should support.

In Ireland in May 2018, after the massive yes to the referendum, abortion was legalized.
In other countries, when it is legal, obscurantist, religious and political forces seek to challenge it: this was the case in Spain in 2015, in Poland in 2016 and where only massive mobilizations have pushed governments back. Today, a new reactionary wave is attacking women's fundamental right: the right to choose. In the United States, following the election of D. Trump, in 28 out of 50 states, new rules have been put in place to restrict this right.

But there is another way to restrict this right: austerity policies that attack health systems around the world are a barrier to access to abortion. In France, the closure of community centre beds, the maintenance of the doctors' conscience clause, the reduction of subsidies, particularly for Family Planning, are all obstacles that penalize women, especially the poorest.
Thus, every year in France, between 3,000 and 5,000 women are still forced to go abroad to meet deadlines. Those who cannot afford it are then confronted with an unwanted pregnancy.

In view of this situation, we reaffirm the need for a simplified and free local service for abortion.
This implies: the cessation of bed and service closures; the maintenance and development of public services throughout the territory; an abortion centre in hospital for all women, with a choice of method, an extension of the legal deadline, the abolition of the conscience clause specific to abortion, the firm application of the law against the crime of obstruction, sustainable resources for associations, the development of an education and prevention policy, the end of the guilt of women who have abortions, access to and free use of contraception.

All over the world and in France, women are mobilizing. In Toulouse over the last 3 years, nursing assistants and nurses have gone on strike against bed closures and job cuts that threatened to prevent women from having abortions by lengthening delays and deteriorating their care. Many associations, trade unions and parties have mobilized alongside them. These mobilizations have been, for the most part, victorious. The struggle pays off! Let's mobilize on September 28th!

A child, if I want, when I want!
To fight for women's fundamental right to decide whether or not to have a child is also to fight for access to the PMA for all. It is now unacceptable that some of us are discriminated against on the basis of our sexual orientation.

First signatory organizations :

APIAF, Feminist Assembly Nati Yarza, Bagdam Espace lesbian, Collectif Midi-Pyrénées pour les Droits des Femmes, Du Pain Et Des Roses, Folles Saisons, Association Grisélidis, Les Chorâleuses, Marche Mondiale des Femmes France, Dare Le Féminisme Toulouse, Family Planning 31, ALDA - Lesbiennes réfugiées, Toutes en grève 31,
Support evening for Act up sud ouest, Attac Toulouse, Association Nationale Le CRI, CMCAS de Toulouse, DAL Toulouse31, Le Mouvement de la Paix, Teledebout Webtv, UPT
Snuipp 31 FSU, Solidaires 31, Sud-Rail Midi Pyrénées, Sud santé sociaux Haute Garonne, SUD CT 31 union syndicale Solidaires, UD CGT 31, UET,
Copernic 31, EELV Toulouse, Ensemble 31 Haute-Garonne, Gauche Démocratique et Sociale 31, LO-31, Npa-infos Haute Garonne, PCF31, PG31, Union Antifasciste Toulousaine