1 / 25
slider (25)contact planche (72)fullscreen (25)

 

Patricia Huchot-Boissier

RENCONTRE AVEC PAULINE MARAÎCHÈRE BIO DU 82

MEETING WITH ORGANIC MARKET GARDENER PAULINE FROM 82

→  commander un tirage papier
EN | FR

Pauline Jaillet

C'est à 8 heure sur ses terres que je retrouve Pauline Jaillet,  maraîchère, femme engagée « Nature et Progrés », installée depuis 2 ans sur la commune "Les Barthes » dans le Tarn et Garonne. 

Mercredi 4 septembre 2019

36 ans, originaire de Tours, installée dans le Sud Ouest depuis une dizaine d'années maintenant, Pauline fait du maraichage. 
Apres des études de commerce, liées à l'alimentation, « car c'est vraiment la nourriture qui me touche profondément depuis toujours », et un séjour de 2 ans en Australie, visa Vacances/Travail en poche, Pauline enchaine des petits boulots. Notamment dans une ferme, chez un producteur d'oignons, 2000 hectares...
Faire le tours de l'Australie est un réel bouleversement dans sa vie, de belles rencontres jalonnent son séjour, et c'est a partir de ce moment qu'elle décide d'arrêter le marketing et de s'orienter vers quelque chose qui lui correspond beaucoup plus.
Dès son retour en France Pauline fait des recherches sur le bio,  trouve des boulots dans le secteur, se forme en naturopathie, en maraichage bio, agronomie, biologie des plantes...

« par exemple tuteurer une tomate pour chaque maraicher ça va être différent, pour le travail du sol aussi, chaque maraîcher a sa façon de faire, avec le tracteur, avec des ânes, à la main et pleins de possibilités, donc après à toi de composer en fonction de ce qui te conviens...» 

Après  des expériences peu convaincantes via des plateformes, elle décide de s'installer... Direction le marché du Capitole à Toulouse, contact avec les maraîchers bio, leur demande s'ils embauchent, c'était en 2009... Et Marc et Corinne Bonnefous, maraîchers bio à Toulouse depuis les années 80 l'engagent comme saisonnière, très vite elle voit que c'est cette voie là qui lui correspond.

« Il y a une connexion avec la nature que j'ai faite en Australie, je souhaitais continuer et dans l'alimentation ça me parlait »

Elle enchaine plusieurs autres expériences sur Toulouse, Nantes (chez un maraîcher qui partait en retraite, contrat de transmission sur 2 mois de son expérience, savoir ... Dans le Gers également, gérer un jardin d'insertion en tant que chef de culture, sur un marché chercher à s'installer ... Un besoin de création d'un lieu bien à elle. 

«  le jardinage, le maraichage c'est un peu comme en cuisine, chacun à ses habitudes, ses ustensiles, ses variétés, ses envies... » 

En 2017, suite à une rencontre avec une dame voulant transmettre sa terre, là, en bordure du Tarn, Pauline s'installe, dans ce nouveau lieu depuis le mois de mai 2019.

« Ce projet de vie, répond à quelque chose d'intérieur, de travailler la terre et de nourrir les gens et aujourd'hui je fais un métier qui correspond vraiment à mon être, je m'épanouis dans que je fais et ce jardin est un vrai aboutissement de 10 ans de maraichage et de recherche dans ce métier  » me confie Pauline.

« L'idée est d'avoir un maximum de semences locales Ste Bio Germes (semenciers paysans dans le Lot et Garonne essentiellement ) et aussi des variétés anciennes qui vont avoir du goût, des formes pas forcément lisses, mais je ne suis pas à la recherche de légumes parfaits, mais qu'avant tout qu'ils aient du goût !!
C'est cette recherche du  goût qui passe beaucoup par le sol, il n'y a pas que les variétés, il y a aussi comment on travaille son sol, avoir un sol vivant bien fertilisé, pas avec des produits comme en conventionnel où c'est la seringue pour fertiliser les légumes. Nous on passe vraiment par des composts, par des fumiers, des produits qui se transforment naturellement par le cycle du sol, et pouvoir nourrir les plantes au mieux, essayer d'avoir une plante équilibrée. »

Pauline à le Label Bio pour que les consommateurs reconnaissent, parce que tout le monde ne connait pas, « Nature et Progrès » et parce qu'il y'a aussi des subventions de 3500 € par an,  et ça c'est pas négligeable !

« C'est un bon coup de pouce, je l'ai pour ces deux raisons la !
Nature et Progrès c'est vraiment l'essence de ce métier, c'est ce qui était à l'origine des charges Bio. Le Bio c'est inspiré des cahiers des charges de Nature et Progrès, qui aujourd'hui est moins connu parce que l'État ne le reconnait pas dans la mesure où ce sont les consommateurs et les producteurs qui contrôlent sur le terrain ( c'est ce qu'on appelle le contrôle participatif). Et ça c'est en train de se mettre en place même au niveau mondial... »

Pauline, nous la retrouvons tous les samedis sur le marché des producteurs de Montauban.
"Le jardin de Pauline" : Production de légumes bio de saison & local

Texte et Photos Patricia Huchot-Boissier

Pauline Jaillet

It is at 8 am on her land that I meet Pauline Jaillet, market gardener, a committed woman "Nature et Progrés", who has been living in the commune "Les Barthes" in the Tarn et Garonne for 2 years.

Wednesday, September 4, 2019

36 years old, from Tours, settled in the South West for about ten years now, Pauline is a market gardener.
After studying business, linked to food, "because it is really food that has always touched me deeply", and a 2-year stay in Australia, with a Holiday/Work visa in her pocket, Pauline has been doing odd jobs. Especially on a farm, with an onion producer, 2000 hectares....
Going around Australia is a real upheaval in her life, beautiful encounters mark her stay, and it is from that moment that she decides to stop marketing and move towards something that suits her much better.
As soon as she returned to France, Pauline researched organic farming, found jobs in the sector, trained in naturopathy, organic market gardening, agronomy, plant biology...

" for example, tending a tomato for each market gardener will be different, for the work of the soil too, each market gardener has his way of doing things, with the tractor, with donkeys, by hand and full of possibilities, so it's up to you to compose according to what suits you..."

After unconvincing experiences via platforms, she decides to settle down... Direction the Capitole market in Toulouse, contact with organic market gardeners, ask them if they are hiring, it was in 2009... And Marc and Corinne Bonnefous, organic market gardeners in Toulouse since the 1980s, hire her as a seasonal, very quickly she sees that it is this path that corresponds to her.

"There is a connection with nature that I made in Australia, I wanted to continue and in the food it spoke to me"

She has several other experiments in Toulouse, Nantes (with a market gardener who was retiring, a contract for the transmission of her experience over 2 months, namely... In the Gers too, managing an insertion garden as a cultural manager, on a market looking to settle down... A need to create a place of her own.

"gardening, market gardening is a little like cooking, everyone has their own habits, utensils, varieties, desires... »

In 2017, following a meeting with a lady who wanted to pass on her land there, on the banks of the Tarn river, Pauline moved to this new place in May 2019.

"This life project responds to something inside, to work the land and feed people and today I do a job that really corresponds to my being, I blossom in what I do and this garden is a real culmination of 10 years of market gardening and research in this profession," says Pauline.

"The idea is to have as many local Ste Bio Germes seeds as possible (mainly peasant seeds in the Lot et Garonne) and also old varieties that will have taste, not necessarily smooth shapes, but I am not looking for perfect vegetables, but above all that they have taste!
It is this search for taste that goes a lot through the soil, there are not only varieties, there is also how to work the soil, to have a well fertilized living soil, not with products like in conventional where it is the syringe to fertilize vegetables. We really go through composts, manure, products that are naturally transformed by the soil cycle, and can feed the plants as well as possible, try to have a balanced plant. »

Pauline has the Organic Label so that consumers recognize, because not everyone knows, "Nature and Progress" and because there are also subsidies of 3500 € per year, and that is not negligible!

"It's a great help, I have it for both these reasons!
Nature et Progrès is really the essence of this business, it is what was at the origin of the Bio charges. Organic is inspired by the specifications of Nature et Progrès, which today is less well known because the State does not recognize it insofar as it is consumers and producers who control in the field (it is called participatory control). And this is being implemented even at the global level.... »

Pauline, we meet her every Saturday at the Montauban farmers' market.
"Pauline's Garden": Production of seasonal & local organic vegetables