1 / 12
slider (12)contact planche (12)fullscreen (12)

 

Odile Gine

FRANCE - PARIS - ZONE ROUGE

FRANCE - PARIS - RED ZONE

→  commander un tirage papier
EN | FR

Depuis l'allocution le mardi 17 mars 2020  sur France 2 du Premier ministre Edouard Philippe confirmant le premier jour du confinement, les sorties sont justifiées par une attestation de déplacement dérogatoire. Le télétravail est fortement recommandé et les transports en commun limités. Les salles de spectacle, d'événements, les cafés, les restaurants et tous les commerces, exceptés ceux de premières nécessités sont fermés ainsi que les crèches, les établissements scolaires et universitaires.
Le mardi 28 avril, le Ministre annonce le début du déconfinement à partir du lundi 11 mai. Plusieurs étapes sont prévues afin d'adapter sa mise en place, la première se terminant le 2 juin. Pendant ce temps, Paris s'est vu déserter par ses habitants et ses touristes. Ses rues se sont vidées de ses attractivités. Jamais cette ville ne fut aussi silencieuse. Il a suffi d'une pandémie, le COVID-19, pour l'anéantir en quelques semaines. Sillonner ses rues pendant le confinement donne une sensation surréaliste la première fois, mais au fil des jours que je renouvelais l'expérience pour le besoin de ma série, j'éprouvais l'étrange sentiment d'impuissance devant, finalement, un spectacle semi-apocalyptique.
Le jeudi 30 avril, le ministre de la santé, Olivier Véran, révèle la mise en place d'une carte géographique dévoilant au jour le jour l'impact de la pandémie dans chaque département afin de préparer le déconfinement. Il en ressort que les 8 départements d'Île-de-France
sont en zone rouge. La circulation du virus y est encore très active et les réanimations des hôpitaux sont sous tension. Paris dans le rouge : c'est évident... ma série se fera elle aussi dans le rouge. Le rouge comme le cri de l'impuissance et de révolte. Le rouge pour dire : Qu'avons-nous fait ?
 

Since Prime Minister Edouard Philippe's speech on France 2 on Tuesday 17 March 2020 confirming the first day of confinement, exits have been justified by a certificate of derogatory movement. Teleworking is strongly recommended and public transport is limited. Theaters, event halls, cafes, restaurants and all shops, except for basic necessities, are closed, as well as nurseries, schools and universities.
On Tuesday 28 April, the Minister announced the start of deconfinement as of Monday 11 May. Several stages are planned in order to adapt its implementation, the first ending on 2 June. Meanwhile, Paris has been deserted by its inhabitants and tourists. Its streets have been emptied of their attractiveness. Never has this city been so silent. All it took was a pandemic, COVID-19, to wipe it out in a few weeks. Walking through its streets during the containment gives a surreal feeling the first time, but as the days went by I renewed the experience for the need of my series, I felt a strange sense of helplessness before, finally, a semi-apocalyptic spectacle.
On Thursday, April 30, the Minister of Health, Olivier Véran, reveals the implementation of a geographical map revealing the day-to-day impact of the pandemic in each department in order to prepare the deconfinement. It emerges that the 8 departments of Île-de-France are in the red zone. The circulation of the virus is still very active and hospital intensive care units are under stress. Paris in the red: it's obvious... my series will also be in the red. Red as the cry of impotence and revolt. Red to say: What have we done?