1 / 25
slider modesheet modefullscreen mode

 

Odile Gine

L'antre de la jeunesse - bis

The lair of youth

→  commander un tirage papier
EN | FR

La jeunesse représente un capital fort en questionnement. Sa complexité a forgé ma façon de travailler et l'idée d'aborder ce thème m'est venue en photographiant ma fille, en pleine « traversée identitaire » à l'âge de 15 ans. J'étais le témoin direct de cette période cruciale. Je voyais éclore la transformation psychique et physique de mon enfant qui au fur et à mesure de sa transformation me fermait les portes de son univers, appartenant désormais à la génération Z, les Digitals Natives. Ma fille, adolescente, vivait le processus logique qui consiste à se détacher des parents et du monde des adultes pour ressentir sa propre identité. Mais dans cette quête allait-elle se singulariser ou tomber - comme pour chaque génération à cette période de la vie - dans « une unité sociale, un groupe constitué d'intérêts communs* » ? Une chose est sûre, c'est que quelle que soit la génération d'adolescents, ils partagent les mêmes caractéristiques psychologiques : la conquête de l'affirmation de soi. J'ai donc voulu en savoir plus et j'ai décidé de les photographier dans leur intimité : leur chambre. Neuf adolescents, âgés de 15 à 20 ans, ont bien voulu m'ouvrir leur porte. Tous vivent chez leurs parents. Je les ai photographiés dans leur lit parmi un ou plusieurs objets auxquels ils sont attachés et qu'ils ont choisis.
J'ai pris le parti de me détacher du documentaire et de proposer un témoignage sur la représentation émotionnelle de la jeunesse d'aujourd'hui. J'ai privilégié des lumières vives : du rouge au vert, en passant par le bleu et le rose. Elles nous éloignent de la réalité et nous plongent dans l'antre de l'adolescence. Le flou (léger) et le vignettage viennent accentuer cette atmosphère  obscure dans laquelle mes modèles racontent leur petite histoire. Ils évoquent ce qu'ils aiment, mais à mi-mot, car s'ils m'ont laissé les photographier dans leur intimité, j'ai souhaité respecter cet entre-deux-mondes et montrer cette série par le trou de la serrure... Par cette ouverture, on y voit cependant une jeunesse avide de savoirs, de sensations et loin des clichés d'une génération inculte.
* Pierre Bourdieu

The idea to shoot the adolescence came to me by shooting my daughter, in crisis identity at the age of 15 years. I was the direct witness of this crucial period. I saw the psychic and physical transformation of my child who closed the door of her universe, now belonging to the generation Z, the Digital Natives. My daughter was living the process of detaching from parents and the adult world to feel her own identity. But in this quest, was she going to distinguish or fall - as for every generation at this period - in "a social unit, a group of common interests"* ? Whatever is teenagers' generation, they share the same psychological characteristics: the conquest of self-assertion.
So I decided to shoot nine teenagers aged 15 to 20, in their room. I shoot them in their bed and asked them to choose one or several objects.
I didn't want to realize a documentary but to propose an emotional representation of today's youth. I favored bright lights: red, green, blue and pink. They take away from reality and plunge us into the « lair of youth ». Soft blur and vignetting accentuate the murky atmosphere in which my models tell their story. The teenagers evoke what they like, but not completely, because I wanted to respect their privacy and I show this serie through the keyhole. By this opening, however, we see a youth eager for knowledge, for sensations and far from an uneducated generation.
* Pierre Bourdieu