+ 33 (0)6 21 90 44 50

nicolas.serve16[at]gmail.com

Nicolas Serve

Based in Paris (France)

En 2014, je réalise une enquête photographique sur la résurgence des bidonvilles en Île-de-France, soixante ans après les premiers camps algériens. Ce travail marque le début d'un intérêt croissant pour la place de l'image dans la mémoire collective. 

Après avoir travaillé en commande pour divers titres de presse, notamment lors de la campagne pour l'élection présidentielle, j'entame aujourd'hui des projets de photographie documentaire aux États-Unis, en Égypte et en Corse, travaux enrichis de captations sonore et vidéo.

À mesure que se développe ma pratique de la photographie, je m'oriente vers une esthétique où fiction et documentaire s'entremêlent, de manière à tisser une narration qui implique le spectateur à des niveaux plus intimes que le simple registre informatif.

Nicolas Serve est membre du studio Hans Lucas depuis février 2017, il a été coopté par Mahka Eslami.

seriessee all series

De Nanterre à Bobigny, de 1960 à 2016, toujours les mêmes bidon…

Bobigny, 2014. Un incendie se déclare dans un baraquement au beau mileu de la nuit, provoquant la mort d'une petite fille de huit ans. Nanterre et Saint-Denis d (...)

La Manif' pour Tous revient

Les opposants au mariage gay ont retrouvé le pavé parisien dimanche 16 octobre : ils étaient entre 24 000 selon la police et 200 000 selon les organisateurs, c (...)

Portraits de candidats à la Primaire de gauche

Portraits de candidats à la Primaire citoyenne de la Gauche : Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et Vincent Peillon.

Auxiliaire de Vie Scolaire une profession dans l'angle mort

Caroline est AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire), et travaille aux côté d'un professeur malvoyant. Une situation très précaire et peu reconnue.

Tancrède, un opéra baroque

L'?uvre du compositeur français André Campra a été représenté quatre fois, à Avignon et Versailles, en 2014.

Contre-champs parlementaires

Le Parlement européen de Strasbourg est une ruche dans laquelle s'affaire tout un écosystème. La semaine parlementaire est réglée comme du papier à musique, et  (...)