1 / 12
slider modesheet modefullscreen mode

 

Laurence Chellali

L'ingénue et le légume

The ingenue and the vegetable

→  commander un tirage papier
EN | FR

Je ne sais plus parler, je ne sais plus lire, je ne sais plus écrire. Sacrée dégringolade ! Imaginez un peu, moi qui suis naturellement bavarde et amoureuse de lecture, je me retrouve du jour au lendemain muette et analphabète. Et pire, il y a peu d'espoir pour que ça s'arrange.

Que me reste-t-il pour exprimer ma rencontre avec la Chine ? Comment expliquer qu'ici tant de choses me sont étranges, inconnues, mystérieuses ?

Il m'a donc fallu aller chercher au coeur de ce qui lie l'humanité et j'ai enfin trouvé ! La nourriture. Avec le langage, elle est un des éléments vitaux commun à tous les hommes, mais elle est aussi un marqueur essentiel des cultures, de ce qui les différencie les uns des autres. Elle est à la fois lien et distanciation, c'est paradoxal n'est-ce pas ?

Ce sera donc la cuisine qui sera mon prétexte à l'expression de cet écart culturel, ou plus exactement les ingrédients bruts que je croise sur les étals des marchés et qui me sont énigmatiques. Et qui le resteront, faute de pouvoir lire leurs noms, questionner le chaland ou même ouvrir le dictionnaire.

La stupeur a ceci de bon qu'elle permet de faire fonctionner l'imagination, mais aussi la mémoire. Ainsi, comme par enchantement, des textes appris dans ma jeunesse ont parfois refait surface dans mon esprit et sont venus apporter la poésie nécessaire à ces inoffensifs légumes ou fruits transformés en diableries par mon ignorance. Le reste est pure invention.

Forcément le résultat est étonnant et souvent inattendu, mélange étrange de connu et d'inconnu, le tout saupoudré d'humour et d'autodérision, pour sourire, pour rire. Car oui, le rire est aussi un bien commun à l'humanité, dont par les temps qui courent, il serait dommage de se passer !


Références :

- [...] « C'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap ! Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! ». Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac
- "Je ne pense qu'à des choses très vagues, très vagues et très heureuses ». Robert Desnos, Couchée.
- «  Ceci n'est pas un bouquet de fleurs » [...]. Invention personnelle
- « Bonjour mademoiselle du Pépin » . Invention personnelle.
- «  On pense que c'est une courge, un melon d'eau » [...] Jacques Prévert, Soyez polis avec la terre.
- « Au bout du fil une connexion avec l'énigme »[...] Invention personnelle.
-« J'ai accroché mon esprit sur le fil à linge » . Invention personnelle
- «  Des poissons d'or cherchent noise au monstre épouvanté » Théodore de Banville, Le thé.
- «  Fleur jaune, feuille verte, tige violette »[...] Invention personnelle
- « Il n'y a pas de fruit défendu » [...] André Breton
- « La terre est bleue comme une orange » [...] Invention personnelle inspirée de « la terre est bleue » de Paul Eluard
- « Ploc, une larme tombe » [...] Invention personnelle

I no longer know how to speak, I no longer know how to read, I no longer know how to write. One heck of a downfall! Imagine that: I, so naturally talkative and avid of reading, from one day to the next I find myself mute and illiterate. And worse, there is little hope that this can be fixed.

What is left for me to express about my encounter with China? How to explain that here so many things seem strange to me, unknown and mysterious?

So, I had to look at the heart of what links humanity and finally I found it! Food. Along with language, it's one of the vital elements common to all humans, but it's also a cultural marker, of what differentiates one from the other. Food is at once connection and distance. Paradoxical, isn't it?

So, cooking will be my pretext for the expression of a certain cultural gap, or rather the raw ingredients I come across on market stalls and which are enigmatic to me. And which will remain so, as long as I am unable to read their names. Ask my fellow shoppers or open the dictionary.

Bewilderment can be a good thing in that it stimulates the imagination as well as memory. As if by enchantment, texts I had learned in my youth have at times resurfaced in my mind and brought the necessary poetry to these harmless vegetables and fruits that had been transformed into wicked things by my ignorance. The rest is pure invention.

Inevitably, the result is amazing and often unexpected, a strange mix of known and unknown, sprinkled with humor and self-derision, in order to laugh, to smile. Because, yes, laughter also belongs to all of humanity, which, these days, it would be unfortunate to do without!

References :
- Turnip, radish? No! It's a rock, it's a peak, it's a cape! What am I saying, it's a peninsula!
- I only think about vague things. Vague and very happy.
- This is not a bouquet of flowers because girls don't like the smell of onions.
- Good morning Miss Pip! Forgive my mistake: you're not he apple I thought you were.
- We think it's a gourd, a watermelon or a lighter flint. That's a great help.
- At the other end of the line a connection with enigma. Hello? Hello?
- I hung my mind to the clothesline, next to doubt and ignorance. And I dry?
- The goldfish try to pick a quarrel with the startled monster.
- Yellow flower, green leaf, purple stem. To choose what one wants to be, to be subjected to what others would want us to be. Down with dictatorship!
- There is no forbidden fruit. Only temptation is divine.
- The earth is blue like an orange. An affirmation to which I would add the worm is yellow like a turnip and the thing plump like a baby.
- Glop, a tear falls on the seaweed and I feel destitute. Glop, another one. It's starting to get very humid.