1 / 37
slider modesheet modefullscreen mode

 

Jessica Valoise

Bienvenidos a Lobitos

→  commander un tirage papier
EN | FR

Lobitos, connue pour avoir les meilleures vagues du Pérou, ressemble à une ville fantôme ou une scène sortie tout droit d'un film de zombies. Il s'agit en fait des ruines de ce qui fut la ville la plus riche du Pérou grâce au pétrole. Dans le passé, on y venait pour le pétrole et l'argent. Aujourd'hui on y vient pour les vagues. 

Pour arriver à Lobitos, nous avons traversé un long désert en taxi, durant trente minutes environ. Un désert plein de puits de pétrole et de pipeline. Quelle surprise d'arriver dans ce petit village paisible aux maisons caribéennes, proche de la mer, entourée de surfeurs péruviens et immigrés européens, et de l'odeur de weed. 

Ici, nous sommes dépendants de la météo. Si il y a un tremblement de terre et que les maisons s'écroulent, il faudra plusieurs années pour les reconstruire. Si il pleut beaucoup - ce qui est très rare - comme la semaine où nous étions là, nous ne pouvons quitter le village par la route car le désert sera inondé. Nous aurions à prendre un bateau pour se rendre à la ville la plus proche, Talara. 

J'ai pris ces photos très tôt le matin et durant la nuit, afin d'éviter la chaleur plus qu'intense du désert.

Lobitos, known for having the best waves in Peru, looks like a ghost town or a scene from a zombie movie. In fact, they are the ruins of what was once Peru's richest city thanks to oil. In the past, people used to come here for oil and money. Today we come here for the waves. 

To get to Lobitos, we crossed a long desert by taxi for about thirty minutes. A desert full of oil wells and pipelines. What a surprise to arrive in this small peaceful village with Caribbean houses, near the sea, surrounded by Peruvian surfers and European immigrants, and the smell of weed. 

Here, we are dependent on the weather. If there is an earthquake and the houses collapse, it will take several years to rebuild them. If it rains a lot - which is very rare - like the week we were there, we cannot leave the village by road because the desert will be flooded. We would have to take a boat to the nearest town, Talara. 

I took these pictures very early in the morning and at night, in order to avoid the more than intense heat of the desert.