1 / 13
slider modesheet modefullscreen mode

 

Jessica Valoise

Concert d'Orelsan au MTelus de Montréal

→  commander un tirage papier

C'est pour Montréal qu'Orelsan a mis le feu ce soir, dans un MTelus à guichets fermés deux soirs de suite, à l'occasion de sa tournée nord-américaine.
Alors que la pluie s'est invitée en featuring ce soir, il fait beau à l'intérieur. Le public, majoritairement français, entonne « Aurélien, une chanson! Aurélien, une chanson! », en référence au morceau Défaite de famille.
Sans trop se faire attendre, c'est avec du leust dans son survet Avnier qu'Orelsan arrive sur scène, et sur sa plateforme surélevée entame San, le premier morceau du dernier album de sa trilogie, qu'il est venu nous présenter. Accompagné de Manu Dyens, Eddy Purple, Phazz, d'Ablaï et Skred, la fête ne fait que commencer. Il faut avoir les bases pour écouter un concert d'Orelsan, alors presque logiquement s'enchaînent après Basique, Différent et Jimmy Punchline, morceaux du premier album qui restent d'actualité et qui ont bien vieillit malgré les dix ans qui les séparent d'aujourd'hui. Textes plus crues, plus de boombap, où finalement on n'a rien à envier à la magie du début. Sans transition, on parle de Caen, ville d'origine d'Orelsan, à travers La pluie et Dans ma ville, on traîne. On rit avec Bonne Meuf, on danse avec Christophe. Puis puisqu'on est tous réunis ici, autant chanter Défaite de famille, toujours accompagné de projections en arrière plan. On est touchés par J'essaye, j'essaye, le morceau en featuring avec Janine, sa grand-mère, de la bande originale du film Comment c'est loin, Tout va bien et Paradis. Orelsan a beau être un rappeur à texte, le public connaît chacun des vingt morceaux de la soirée absolument par c?ur! Et même après un « Oh c'est vieux ça » entendu aux premières notes du Chant des sirènes du deuxième album, les couplets sont repris à tue-tête. Presqu'en transe à la fin du morceau, l'artiste a des allures de rockeurs et change d'ambiance pour son dernier morceau, en confessant assis au bord de la scène Notes pour trop tard. Sept minutes proche de son public qu'il regarde droit dans les yeux, autant que taquin, c'est le morceau qui parlera le plus. « Tous les trucs où les gens disent tu perds ton temps faut que tu te mettes à fond dedans et que tu t'accroches longtemps » vaudra des acclamations spontanées avant que les artistes ne quittent la scène.
Personne ne bouge, on s'attend au classique rappel. Orelsan, depuis les coulisses fait durer le suspens et taquine le public en le comparant à celui de Toronto, beaucoup plus chaud, selon les dires. Finalement, Orelsan revient, cette fois avec le maillot de l'équipe de hockey du Canadien, pour trois morceau dont La fête est finie. Demain, c'est l'anniversaire de Skread, mais en France il est déjà l'heure, alors comme entre deux mondes en suspens, on chante tous Joyeux Anniversaire. Des remerciements puis les canettes de bière écrasées au sol nous indiquent que quand il y a plus d'alcool sur le sol que dans les verres c'est qu'il est l'heure de rentrer. Cette fois, la fête est vraiment finie.