1 / 19
slider mode (19)sheet mode (19)fullscreen mode (19)

 

Jelena Stajic

L'Huitre et le Vent

The Oyster and the Wind

→  commander un tirage papier
EN | FR

Résidence photographique hors saison au Cap Ferret. Travail axé sur un des parcs ostréicole du bassin d'Arcachon.

De ma rencontre avec les ostréiculteurs du Chai Bertrand, l'envie d'un travail sur l'huitre Crassostrea gigas (huitre creuse) s'est imposée natuerellement.

Avant des les voir, je les entends, ils sont derrière la cabane, ils s'envoient des boutades tout en désatroquant* leur pêche du jour, un amoncellement d'huitres de part et d'autre est en train d'être trié à la main. Les odeurs marines, les bottes de caoutchouc, l'ambiance automnale de cette fin de journée, la rudesse du travail, c'est avec le sourire que les 3 gaillards puisent leur force dans leur passion du métier, de cet environnement choisi. Bertrand, Tony, et Jérôme me parlent des huitres, m'emmènent, dans leur chaland, dans leur quotidien, le travail en continu 7j/7 au contact de la nature.

Bertrand m'explique que la spécificité du bassin d'Arcachon est le captage de l'huitre du fait qu'il y a énormément de naissains, le tout étant de poser le collecteur au moment optimal.
Durant le reportage je me familiarise avec leur mode de vie. Ils pratiquent la culture en poche, et sur le bassin naisseur je découvre également des zones entières d'huitres sauvages, formant des petits récifs biogéniques, toutes collées entres elles, créant des concrétions de calcaire.
Ces espèces ingénieurs rendent de nombreux services ecosystémiques.

Bertrand trie également les coquilles d'huitres dans des malles pour les recycler de diverses manières.

* séparer les huîtres agglomérées entre elles à l'aide d'un couteau

Cap Ferret, France - novembre 2018.
 

Off-season photographic residency at Cap Ferret. Work focused on one of the oyster farms in the Arcachon basin.

From my meeting with the oyster farmers of Chai Bertrand, the desire to work on the Crassostrea gigas oyster came naturally.

Before seeing them, I hear them, they are behind the hut, they send each other jokes while unhinging* their catch of the day, a heap of oysters on both sides is being sorted by hand. The sea odors, the rubber boots, the autumnal atmosphere of this end of the day, the harshness of the work, it is with a smile that the 3 fellows draw their strength from their passion for the profession, from this chosen environment. Bertrand, Tony, and Jérôme tell me about oysters, take me, in their barge, in their daily life, continuous work 7 days a week in contact with nature.

Bertrand explains to me that the specificity of the Arcachon basin is the collection of oysters because there are a lot of spat, the whole thing being to place the collector at the optimal time.
During the report I familiarize myself with their way of life. They practice pocket culture, and on the breeder basin I also discover entire areas of wild oysters, forming small biogenic reefs, all glued together, creating limestone concretions. These engineering species provide many ecosystem services.

Bertrand also sorts oyster shells into trunks for recycling in various ways.

* separate the oysters agglomerated together using a knife

Cap Ferret, France - November 2018.