Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Jean-Marc Balsière / Photography

District 68 Les chiffonniers d'Istanbul  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

District 68, c'est une histoire de famille, de plusieurs générations, c'est l'histoire de tout un village...

A Istanbul, vous les avez sûrement remarqués, il y a en permanence des hommes qui tournent avec leur petites charrettes à bras, vont de poubelles en poubelles et embarquent les papiers, les plastiques, les métaux... Ce sont les chiffonniers d'Istanbul, une pièce essentielle du tri et du recyclage de la plus grande ville de Turquie, des chiffonniers qui travaillent dans des dépôts, plusieurs centaines dans la ville d'Istanbul.

District 68, c'est le lieu d'origine des chiffonniers du quartier kucuk pazard (petit bazar) dans la partie européenne de la ville, car ils viennent tous de ce district d'Anatolie centrale, d'un petit village près de la capitale provinciale Aksaray.

C'est Sevinç qui a créé ce dépôt en 1990. Aujourd'hui ses fils, et tous les hommes de sa famille, et leur famille par alliance, bref tout le village ou presque travaille dans ce dépôt.

C'est un travail de jour et de nuit, les hommes sont en perpétuel mouvement, il n'y a pas d'heure pour ramasser plastique, carton, métal, et toutes sortes de matériels qui peuvent être recyclés.

Avec chacun leur charriot ils parcourent le quartier, il faut compter environ 3 bonnes heures pour remplir leur sac des matières recyclables et, dès le retour au dépôt, c'est le moment du tri sélectif et de la pesée des matériaux récupérés. Et puis ils repartent, ils font deux ou trois tournées par jour. Selon ce qu'ils ont ramené dans la journée ils peuvent gagner de 20 à 50 euros par jour.

District 68, ils y pensent tout le temps pendant qu'ils sont à Istanbul, ils écrivent même ces chiffres et ce mot sur les murs du quartier, du dépôt .. Ils ont quitté femmes et enfants pour 2 à 3 mois afin de rassembler par leur travail au dépôt un maximum d'argent. Puis ils retournent au village pour un mois ou deux pour retrouver les leurs, prendre un peu de plaisir, retaper leur maison petit à petit...