1 / 20
slider modesheet modefullscreen mode

 

Jean-Christophe Milhet

Réhabilitation de Saint Jacques

→  commander un tirage papier

Le quartier Saint Jacques, à Perpignan, un des quartiers les plus pauvres de France, considéré comme « ghetto » par le JDD en 2014, attaque sa transformation.
Ce quartier majoritairement peuplé de gitans sédentaires (voir par ailleurs) va être rénové dans le cadre d'un PNRU (Programme National de Rénovation Urbaine). Projet porté par l'adjoint à la mairie de Perpignan en charge de la politique de la ville et de l'aménagement, Olivier Amiel.
Un réaménagement qui fait polémique. Rénovation et véritable nécessité pour les uns, destruction, expropriation et gentrification pour d'autres, les débats sont houleux entre les partisans du projet et les conservateurs d'un secteur historique médiéval, certains habitants du quartier allant jusqu'à empêcher la démolition (avant reconstruction) d'un ilot de maison, l'ilot Puig, situé à proximité de la célèbre Place du Puig d'où il tire son nom.
Un ensemble d'habitations qui à l'image de l'ensemble du quartier date du XIIIe siècle, a été réalisé en torchis, sans fondation, et menace aujourd'hui de s'effondrer, comme de nombreux autres ensembles immobiliers dores et déjà classés insalubres et inhabitables. Chaque année se sont deux à trois habitations qui s'effondrent, ne totalisant qu'un seul mort à ce jour sur les 10 dernières années.
Mélangeant des problématiques de sauvegarde de patrimoines, évolution sociologique, défense d'une culture ou encore rénovation ou destruction de logement insalubre, les travaux débutent avec de nombreuses questions en suspens...

Travail complété par une série d'images dédiées aux habitants du quartier, disponible en cliquant sur le lien ci-contre.