1 / 26
slider modesheet modefullscreen mode

 

Olya Morvan

Les r茅formes tuent

鈫  commander un tirage papier

La fermeture de l'h么pital  num茅ro onze comme la fermeture d'un quart des h么pitaux de Moscou est in茅vitable. Il ne s'agit pas d'un h么pital ordinaire, c'est un centre de scl茅rose en plaque, une maladie chronique du syst猫me immunitaire, difficilement diagnostiqu茅e. Le personnel est simplement licenci茅. Olga Demicheva, endocrinologue, se bat pour ses patients : 芦 Les bons m茅decins ne resteront jamais sans travail.
C'est surtout les patients avec des pathologies lourdes qui vont souffrir. 禄  芦 L'optimisation 禄 va encore plus loin. Selon la nouvelle loi les patients souffrant des maladies chroniques, m锚me en cas de crise, ne peuvent plus 锚tre transport茅s par les ambulances. Pour les patients touch茅s par la scl茅rose en plaque le traitement pas re莽u dans les d茅lais imm茅diats veut dire les s茅quelles lourdes 脿 vie.  Pour les patients avec les autres maladies chroniques, c'est la mort. Je me retrouve avec Lyuda, qui pleure son fils, mort 脿 36 ans d'une polykystose renale, car il n'a pas 茅t茅 pris en charge 脿 temps. On va continuer 脿 芦 optimiser 禄, la vie des patients va continuer 脿 se d茅grader et les cas comme le fils de Lyuda vont se multiplier.  Les r茅formes tuent.
Apr茅s une semaine de rencontres avec les activistes et les manifestants contre les reformes de Poutine sur l'茅ducation et la m茅dicine je me retrouve dans le couloir bien vert de l'ancien h么pital num茅ro 11. Une patiente sort du cabinet du m茅decin en se d茅placent doucement. Elle marche devant le foret et la chute d'eau d'une tapisserie bien assortis avec les murs verts.
Je suis dans un centre de scl茅rose en plaque, une maladie chronique du syst猫me immunitaire, difficilement diagnostiqu茅e et dont les sympt么mes varient en fonctions des malades. Ce centre sera ferm茅 selon le plan 芦 d'optimisation 禄 comme un quart des h么pitaux de Moscou avant le 1 avril 2015. Historiquement les patients 茅taient facilement hospitalis茅s m锚me pour les maladies pour lesquelles ce n'茅tait pas obligatoire. Aujourd'hui pour r茅duire les co没ts le gouvernement veut r茅duire le nombre d'hospitalisation et par la m锚me r茅duire nombre d'h么pitaux. Dans des nombreux cas le personnel est simplement licenci茅. C'est mon tour de rentrer dans le cabinet avec les murs jaun芒tre.
Je rencontre deux m茅decins qui ont d茅j脿 re莽u leur lettre de  licenciement. Une pluie d'information s'abat sur moi. 芦 Selon les lois de la F茅d茅ration de Russie il est impossible de fermer un h么pital public, par contre une branche inefficace d'un h么pital public se ferme assez facilement. D'abord on donne l'ordre aux ambulances de ne pas amener les patients dans cette branche pour cr茅er l'illusion de l?inutilit茅 de cet h么pital,  en suite on diminue les salaires du personnel, finalement on licencie et on ferme la branche 禄, raconte Semen Galperin, m茅decin neurologue, ma卯tre de conf茅rence en m茅decine, tout en torturant sa balle anti-stress.
En effet aujourd'hui le taux de remplissage de l'h么pital ne d茅passe pas 50%, et comme depuis peu l'h么pital num茅ro 11 est devenu une branche de l'h么pital num茅ro 24, sa fermeture est maintenant in茅vitable. Durant les deux semaines que j'ai passe l脿-bas,  je n'ai effectivement jamais vu d'ambulance arriver.
Le deuxi猫me m茅decin Olga Demicheva, endocrinologue, continue : 芦 Les bons m茅decins ne resteront jamais sans travail. C'est surtout les patients avec des pathologies lourdes qui vont souffrir. 禄 Apres avoir re莽u sa lettre de licenciement, elle a eu des propositions pour travailler pour les cliniques priv茅es. Elle a commenc茅 脿 se battre car elle sait que jamais ses patients n'auront les moyens d'aller dans ces cliniques. Ces deux m茅decins militent activement pour le maintient d'un bon niveau de prestations m茅dicales Durant notre entretient ils ont re莽u une lettre d'un patient les remercient de leur engagement.
La prochaine 茅tape est maintenant de rencontrer les patients pour me rendre compte de leurs difficult茅s. C?est la que je suis tomb茅e en admiration pour ces malades de scl茅rose en plaque. Aujourd'hui pour ces patients c'est d茅j脿 le parcours de combattant pour acc茅der 脿 leurs soins. De plus ils ne peuvent plus 锚tre traite directement par les centres sp茅cialis茅s comme l'h么pital num茅ro 11, mais doivent uniquement s'adresser 脿 leur m茅decin traitant. 芦 J'arrive a l'h么pital 脿 c么茅 de ma maison pour me faire crier dessus : 芦 Que faites vous, on ne peut rien faire pour vous ici, allez vous en o霉 on peut vous aider 禄 et on m'oriente vers l'h么pital num茅ro 11.
Qu'est ce que je vais faire quand il sera ferm茅 ! 禄 - me raconte Julia, 47, diagnostiqu茅 de scl茅rose en plaque il y a 18 ans. Il a fallut 2 ans pour faire un diagnostic complet. Elle me parle de sa situation financi猫re. Sa pension d'invalidit茅 est de 12 000 roubles, passer une IRM co没te 8 700 roubles. Pour l'instant elle peut le faire gratuitement dans l'ancien h么pital num茅ro 11. Elle est persuad茅e qu'on les pousse vers les structures priv茅es. 
Une autre patiente Nadejda de 57 m'invite 脿 passer quelques jours chez elle. De l'h么pital il lui faut plus d'une heure dans les transports en commun avec son d茅ambulateur pour rentrer chez elle. Une fois arriv茅, c'est avec les mains encore tremblantes que Nadejda me pr茅pare une tasse de th茅. Elle est toujours aussi joyeuse et bavarde. 芦 Je ne prends pas ma maladie comme un malheur. Il vaut mieux que ce soit moi qui soit malade plus t么t que mon fils ou mes petits enfants禄, dit Nadejda.  Elle est malade depuis l'age de 23 ans, mais au d茅but on ne l'a pas cru. Un des sympt么mes sont des crises d'euphorie. Elle est fi猫re de pouvoir mener une vie presque normale. Cela demande beaucoup d'efforts.
Par exemple pour coudre elle pose ses mains sur son ventre pour limiter les tremblements. Cette nuit la elle coud jusqu'脿 deux heures de matin pour offrir les poupons en tissue comme cadeaux de No毛l. Je m'endors entour茅e par le fruit ses efforts. Les tableaux brod茅s me regardent.
Le matin on se pr茅pare pour aller voir ses amis. Nadejda ne sort jamais sans 锚tre maquill茅e, et pourtant ce n'est pas facile de se maquiller avec les mains qui tremblent. Quelques heures plus tard une de ses amis me confirme que Nadejda est coquette : 芦 Un jour elle m'a appell茅 tr猫s t么t de l'h么pital. Elle avait fait une crise de scl茅rose en plaque et 茅tait paralys茅e. Je me suis pr茅cipite avec mon fauteuil roulant pour entendre  芦 Maquille-moi, j'ai un nouveau m茅decin, et c'est un homme. 禄  
Bien que diagnostiqu茅e il y 24 ans et malgr茅 plusieurs crises Nadejda se porte plut么t bien. A cette 茅poque l'hospitalisation 茅tait imm茅diate en cas de crise. Cette prise en charge rapide a 茅pargn茅 Nadejda des nombreuses s茅quelles. Depuis peu les patients souffrant des maladies chroniques, m锚me en cas de crise, ne peuvent plus 锚tre transport茅s par les ambulances.
Les patients ont plus de chances d'avoir des s茅quelles.  Une de ses amis n'a pas eu autant de chance. Lyuda, 58, ressemble 脿 une corneille. Elle se force de sourire en buvant le th茅. Il y a 8 mois elle a vu son fils agonis茅 pendant 4 jours chez eux. Ruslan est mort 脿 36 ans d'une polykystose renale, car il n'a pas 茅t茅 pris en charge a temps.  Il fut transf茅r茅 脿 l'h么pital mais trop tard.
Toutes les deux semaines Lyuda se rend sur la s茅pulture de son fils. Bizarrement elle m'invite 脿 la suivre. Handicap茅e du a un accident d'enfance elle tra卯ne son d茅ambulateur dans les escaliers du m茅tro. On me crie dessus car je prends les photos au lieu de l'aider. 芦 Non, il ne faut pas que tu m'aides, je veux qu'on sache comment c'est difficile de se d茅placer pour une personne handicap茅e 禄, - me dit fermement Lyuda.  Notre voyage est une torture. Le transport public n'est pas adapt茅 aux besoins des personnes 脿 mobilit茅 r茅duite.    
Devant cette femme qui pleurait son fils je me suis senti impuissante. Je ne pourrais rien faire ni pour elle, ni pour emp锚cher la fermeture des h么pitaux publiques. On va continuer 脿 芦 optimiser 禄, la vie des patients va continuer 脿 se d茅grader et les cas comme le fils de Lyuda vont se multiplier.  Les reformes tuent.