1 / 10
slider mode — sheet mode — fullscreen mode

Valérie Dubois

Les naufragés de Lesbos - chapître 3 - Mytilène dans l'attente d'un bateau

→  commander un tirage papier

Depuis la construction d'un mur le long de la frontière terrestre entre la Turquie et la Grèce au nord-est du pays, les Ă®les de la mer EgĂ©e sont devenues les principaux points d'entrĂ©e de migrants.
L'Ă®le de Lesbos, toute proche des cĂ´tes turques, est le théâtre bien malgrĂ© elle d'Ă©chouages massifs de rĂ©fugiĂ©s en provenance de zones
de guerre, (syriens, mais aussi afghans, irakiens ou pakistanais) qui tentent de gagner l'Europe par ses cĂ´tes.
En moyenne 300 arrivĂ©es par jour que les autoritĂ©s ont du mal Ă  gĂ©rer n'ayant pas de structure adaptĂ©e. Il y a bien le centre de premier accueil de Moria, un camp fermĂ© aux conditions dures mais avec un point d'eau et au moins un repas par jour, qui peut accueillir environ 700 personnes. Mais l'afflux est tel, que beaucoup ont investi les alentours improvisant un camp de fortune dans des conditions sanitaires dĂ©plorables, oĂą affamĂ©s, parfois malades ou dĂ©shydratĂ©s ils attendent en plein soleil qu'on statu sur leur sort. Pour pallier Ă  cette situation, la mairie de Mytilène, la capitale de l'Ă®le, a mis un terrain Ă  disposition, Kara Tepe, mais qui est lui aussi surpeuplĂ©.
Les rĂ©fugiĂ©s sont enregistrĂ©s Ă  la police du port et attendent le fameux sĂ©same vers Athènes : Un avis de non-expulsion valable de 40 jours Ă  6 mois les autorisant Ă  circuler librement et prendre le ferry pour le PirĂ©e. Le dĂ©but d'un nouveau parcours du combattant qui leur fera passer la Macedoine, la Serbie, la Hongrie afin d'atteindre peut-ĂŞtre l'Allemagne, les Pays-Bas ou la Suède oĂą ils entameront la longue procĂ©dure de demande d'asile.