1 / 25
slider (25)contact planche (36)fullscreen (25)

 

Lilian Cazabet

Des adolescents à pied d'oeuvre

Adolescents are reviving paths

→  commander un tirage papier
EN | FR

Des adolescents, pour la plupart collégiens, restaurent les sentiers du petit village de Cassagne dans le Comminges. Pendant une semaine, l'accueil de jeunes de l'APEAI fait découvrir aux jeunes volontaires le maniement des outils. Renaud Gauthier, coordinateur de l'APEAI (Association de Parents d'Elèves et d'Animations Intercommunales) explique les raisons de cette démarche : "En 2020, avec les confinements et les interdictions d'activités sportives ou culturelles, on s'est aperçu que les jeunes s'ennuyaient et se retrouvaient désoeuvrés pendant les vacances. Ce qu'ils veulent, c'est sortir, faire des activités d'extérieur. J'ai donc contacté le maire de Cassagne pour savoir s'il était intéressé afin que les jeunes puissent intervenir sur sa commune dans une mission de nettoyage et d'aménagement des sentiers existants."
Un maire, Philippe Souquet, d'emblée, ravi que des jeunes puissent s'intéresser à la valorisation du village et qui n'a pas hésité à demander l'avis de ses conseillers. Tous ont fait part de leur soutien, dont Nicolas Cazabet et Pascal Guay, en charge de l'aménagement urbain et des associations. Le jeune employé communal Jonathan Laurac sera mis à disposition de l'équipe de l'accueil de jeunes ainsi que des locaux municipaux.
Les ados travaillent à la création de marches qui mènent à la fontaine du Barry. Une fontaine dont parlait Joseph Blanc, ancien maire de Cassagne, dans sa monographie : "Comme dans la plupart des hameaux, l'approvisionnement en eau du village posa longtemps de difficiles problèmes. Les sources coulent en contre-bas assez loin des habitations. On utilisa naturellement les plus proches, sur le versant du Lens : les Hounts de Champagno, de Capsuran et du Barry. Ces deux dernières furent plus tard aménagées en fontaines publiques. Ainsi depuis les origines de la localité et jusqu'à une époque récente, des générations de femmes se sont succédé sur les sentiers de ces sources pour remplir la cruche de terre ventrue (la Dourne) et remonter inlassablement jusqu'au village l'eau nécessaire aux besoins du ménage."
Petit à petit les neuf jeunes s'organisent pour faire renaitre ce chemin qui avait fini par disparaitre sous la végétation encombrante. Après une semaine de travail acharné, le groupe pose fièrement sur la fontaine bâtie en 1860.

Des adolescents, pour la plupart collégiens, restaurent les sentiers d'un petit village du Comminges. Le centre de loisirs fait ainsi découvrir au ados l'usage d'outils et la solidarité intergénérationnelle. Ici, les jeunes travaillent à la création de marches qui mènent à la fontaine du Barry. Autrefois, les villageois venaient pomper de l'eau à cette source située au bois milieu des bois en contre-bas de la commune. Petit à petit les jeunes s'organisent pour faire renaitre ce chemin qui avait fini par disparaitre sous la végétation encombrante.