1 / 23
slider mode — sheet mode — fullscreen mode

 

Guillaume NĂ©dellec

NYC (back in the days of) 2009

→  commander un tirage papier
EN | FR

Back in the days signifie « Ă  l'Ă©poque Â».
Ces images sont (déjà) un retour en arrière. En ce mois de novembre 2009, l'automne était déjà bien avancé. Les longues journées grises et pluvieuses succédaient aux belles journées ensoleillées. La ville entière se révélait être si différente selon la météo. Tantôt mystérieuse, tantôt avenante. Le froid était déjà bien présent et tout le monde commençait à bien se couvrir pour sortir dans la rue. Quelques mois auparavant, Barack Obama venait d'être investi 44e Président. En devenant le premier président afro-américain de l'histoire de ce pays, il marqua un tournant dans l'histoire des États-Unis pour de nombreuses communautés.
En 2009, la ville de New York et ses habitants formaient déjà et depuis longtemps, une entité propre, à part du reste du pays. Ouverte sur l'océan Atlantique, elle faisait ainsi écho aux promesses et aux racines de ses pionniers européens venus chercher ici leur eldorado et réinventer leur vie. Europe et Amériques, unis pour toujours par leurs vagues de migrations passées et les fantasmes qu'elles suscitent de part et d'autre de l'océan.
Cette immense cité était (et est toujours) divisée en cinq grands arrondissements, les fameux boroughs. Ils s'appellent Manhattan, Brooklyn, le Bronx, le Queens et Staten Island et résonnent en nous comme autant de promesses différentes. En constante évolution et à l'âme d'un authentique Phénix, la ville offrait une ouverture véritable sur la diversité humaine et ce que l'on appelle de nos jours la mixité sociale. Bien qu'ayant la réputation de ne jamais dormir, la ville possèdait pour autant une multitude de visages différents et ne pouvait être réduite à un seul et unique qualitatif.
Éloignée des clichés habituels, cette série raconte un ensemble de petites histoires de la vie fin new-yorkaise fin 2009, loin des foules et de l'agitation, un NYC différent en somme et à l'univers polymorphe.

Back in the days means "at that time".
These images are (already) a step backwards. As of November 2009, the fall was already well advanced. The long grey and rainy days followed the beautiful sunny days. The whole city turned out to be so different depending on the weather. Sometimes mysterious, sometimes pleasant. The cold was already very present and everyone was starting to cover themselves well to get out on the street. A few months earlier, Barack Obama had just been sworn in as the 44th President. By becoming the first African-American president in the country's history, he marked a turning point in the history of the United States for many communities.
In 2009, New York City and its inhabitants had long been a separate entity from the rest of the country. Open to the Atlantic Ocean, it echoed the promises and roots of its European pioneers who came here to seek their eldorado and reinvent their lives. Europe and the Americas, forever united by their waves of past migrations and the fantasies they generate on both sides of the ocean.
This huge city was (and still is) divided into five large districts, the famous boroughs. They are called Manhattan, Brooklyn, the Bronx, Queens and Staten Island and resonate within us as different promises. In constant evolution and at the heart of an authentic Phoenix, the city offered a real openness to human diversity and what is nowadays called social diversity. Although it had the reputation of never sleeping, the city had a multitude of different faces and could not be reduced to a single qualitative one.
Far from the usual clichés, this series tells a series of short stories of late New York life at the end of 2009, far from the crowds and turmoil, a different NYC in short and with a polymorphic universe.