1 / 30
slider modesheet modefullscreen mode

 

Denis Meyer

Féroé, mon amour

→  commander un tirage papier
EN | FR

        Ces dernières années, les îles Féroé, archipel de 18 îles situé entre la Norvège et l'Islande, ont connu un déclin démographique dû au départ des jeunes au moment de leurs études. Les femmes particulièrement, sont plus susceptibles de s'installer sur le continent pour son attractivité, notamment au Danemark, dont ces îles sont une province indépendante. En conséquence, les îles Féroé ont un déficit de genre avec environ 2000 femmes de moins que les hommes. Ce déclin a conduit les hommes féroïens à rechercher l'âme soeur dans des contrées plus lointaines.     

De l'autre côté du globe, la plupart des femmes asiatiques ont rencontré leurs maris en ligne sur des sites de rencontres. D'autres ont établi des liens par le biais des réseaux sociaux ou de couples Asiatiques-Féroïens existants. Il y a maintenant plus de 500 femmes thaïlandaises et philippines installées aux îles Féroé. Dans une population de seulement 50 000 habitants, elles forment aujourd'hui la plus grande minorité ethnique de cet archipel de l'Océan Atlantique Nord.
A une époque où l'immigration est devenue un sujet sensible dans de nombreuses régions d'Europe, la société féroïenne semble accepter remarquablement les étrangers.     

Sallyver Caabay-Nattestad fait partie de ces femmes venues des Philippines pour fonder une famille avec un féroïen. Son mari Niels a commencé à chatter avec elle sur un site de rencontres en 2008. Rapidement, il décide de partir la rencontrer aux Philippines. Un voyage d'un mois durant lequel il découvre aussi sa famille et sa culture. Sallyver fait de même quelques mois plus tard, et ils se marient dans la foulée. Ils ont quatre enfants de leur union.     
Officiellement rattachées au Royaume du Danemark, les îles Féroé ont leur propre langue (dérivée du vieux norvégien et de l?islandais). Et, bien qu'il ne fasse jamais aussi froid qu'en Islande voisine, le climat humide et frais est un défi pour beaucoup de ces femmes étrangères venues des pays chauds.     
Pour Sallyver, la barrière de la langue a été la plus difficile à surmonter. Il a fallu apprendre l?anglais et le féroïen en parallèle. Et la différence de température entre son pays d'origine et son nouveau pays d'adoption lui a demandé plusieurs mois d'adaptation.     

Les îles Féroé font partie des endroits les plus sûrs au monde. Les femmes n'hésitent pas par exemple à laisser leur enfant dormir dans son landau sans surveillance pendant plusieurs heures, en dehors de la maison. Le chômage est quasi inexistant. L'industrie de la pêche, 4 fois plus dense que partout en Europe, assure une offre d?emploi supérieure à la demande. L'éducation et l'hôpital sont gratuits, la qualité de vie trône les meilleurs classements mondiaux. L'environnement exceptionnel non pollué fait le reste. Les îles Féroé méritent bien le terme souvent employé de « Dernier paradis sur terre ».

        In recent years, the Faroe Islands, an archipelago of 18 islands located between Norway and Iceland, have experienced a demographic decline due to the departure of young people at the time of their studies. Women in particular are more likely to settle on the mainland for its attractiveness, especially in Denmark, where these islands are an independent province. As a result, the Faroe Islands have a gender deficit with about 2000 fewer women than men. This decline has led Faroese men to seek the soul mate in more distant lands.     

On the other side of the globe, most Asian women have met their husbands online on dating sites. Others have established links through social networks or existing Asian-Feroese couples. There are now more than 500 Thai and Filipino women living in the Faroe Islands. In a population of only 50,000 inhabitants, they are now the largest ethnic minority in this archipelago of the North Atlantic Ocean.
At a time when immigration has become a sensitive subject in many parts of Europe, Faroese society seems to accept foreigners remarkably well.     

Sallyver Caabay-Nattestad is one of those women who came from the Philippines to start a family with a Faroese man. Her husband Niels started chatting with her on a dating site in 2008. He quickly decided to go to meet her in the Philippines. A one-month trip during which he also discovers his family and his culture. Sallyver did the same thing a few months later, and they got married right away. They have four children of their union.     
Officially attached to the Kingdom of Denmark, the Faroe Islands have their own language (derived from Old Norwegian and Icelandic). And, although it is never as cold as in neighbouring Iceland, the humid and cool climate is a challenge for many of these foreign women from warm countries.     
For Sallyver, the language barrier was the most difficult to overcome. We had to learn English and Faroese in parallel. And the difference in temperature between his country of origin and his new country of adoption required several months of adaptation.     

The Faroe Islands are among the safest places in the world. For example, women do not hesitate to let their children sleep in their pram unattended for several hours outside the home. Unemployment is almost non-existent. The fishing industry, which is 4 times denser than anywhere in Europe, provides more jobs than demand. Education and hospital are free, quality of life is the highest in the world. The unpolluted exceptional environment does the rest. The Faroe Islands deserve the term "Last Paradise on Earth".