Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Anaïd de Dieuleveult / Photography

Carton Plein, asso solidaire  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

Carton Plein, atelier sud

Le Marché des Moissons Solidaires

La Redistribution des Glaneurs

Créée en 2012, Carton Plein 75 est une association parisienne qui collecte, remet en état, revend et livre des cartons de déménagement, le tout à vélos. Cette association de l'économie circulaire est aussi solidaire puisqu'elle accompagne l'inclusion sociale et professionnelle des personnes les plus éloignées du travail (sans logement, sans qualification, sans revenus suffisants...).

Mardi 7 février je passe la journée dans leur atelier-boutique d'origine, au nord de Paris dans le 18e arrondissement (ils ont également une antenne au sud dans le 14e et espère s'agrandir).

Ce matin là, ils sont six dans le local, prêts pour le brief de la demi-journée : Mathieu & Geoffrey, les encadrants techniques, Michel, Marcelin, Nedra et Gregorz, les valoristes. Après avoir sorti les vélos devant la boutique, les tâches sont réparties : Nedra ira livrer et collecter des cartons, Michel rangera une partie du local où s'entassent toutes sortes de cartons, Marcelin et Gregorz enlèveront le scotch des cartons réutilisables et réduiront en confettis les autres pour les destiner à du compost. Quant à Mathieu, il s'occupera notamment, ce matin là, de relancer les factures impayées de 2016, et Geoffrey de réaliser les plans et d'organiser la création de bacs de fleurs en palettes commandés par la mairie du 18e. Bien sûr il faut faire face à des imprévus et jongler avec les absences/présences des valoristes, mais toute l'équipe semble bien rodée et chacun s'affaire.

Marcelin travaille pour Carton Plein depuis 4 mois, il est payé au SMIC et s'est engagé à venir 2 demi-journées par semaine dans l'atelier nord. Sans logement pendant longtemps, il a finalement trouvé un toit il y a 7 mois, ce qui lui permet d'envisager l'avenir plus sereinement. Son activité au sein de Carton Plein lui permet une réinsertion professionnelle et également sociale. En effet, avec l'aide de Mathilde, accompagnatrice socio-professionnelle, il cherche une formation : Marcelin aimerait être paysagiste. Mathilde lui a donc proposé un stage de quelques semaines afin qu'il se fasse une réelle idée du métier et puisse s'engager dans cette voie, sûr de lui.

En moyenne les valoristes restent 8 à 9 mois chez Carton Plein et s'orientent ensuite vers des chantiers et entreprises d'insertion, des formations qualifiantes et parfois vers des CDD ou même des CDI.

Après une courte pause déjeuner, les valoristes du matin laissent place à ceux de l'après-midi, dont Ayass, un jeune kurde irakien d'une trentaine d'années, arrivé en France il y a huit ans. Il a longtemps dormi à la rue, mais avec l'obtention de ses papiers il y a six mois, les choses se sont un peu débloquées et il est désormais à l'abri. Deux jours par semaine il vient à Carton Plein et se rend disponible les autres jours pour déménager les parisiens.

Ce jour là, avec Guillaume, bénévole de l'atelier sud, ils vont terminer le déménagement de Fred, commencé une semaine auparavant.

Ce dernier a découvert Carton Plein lors d'une visite sur le site des Grands Voisins, à Denfert-Rochereau sur l'ancien hôpital Saint Vincent de Paul. Dans ce nouveau quartier de ville, des personnes vulnérables bénéficient de logements sociaux et cohabitent avec des porteurs de projets associatifs, culturels et solidaires comme Carton Plein qui y a implanté son deuxième atelier-boutique. Ca a été une vraie découverte pour Fred qui a adoré le projet, aussi bien pour son aspect environnemental, « vert » et « zéro déchet » que pour l'aspect de la réinsertion et de l'aide aux personnes en difficultés. Bloqué du dos pendant quelques mois, il lui était impossible de participer à son propre déménagement, il a alors fait appel à deux copains mais aussi à Carton Plein pour s'en charger.

Une trentaine de cartons attend ce jour là Ayass et Guillaume, au 4e étage sans ascenseur d'un ancien immeuble du 11e arrondissement. L'équipe semble entrainée, ils descendent les cartons étage par étage pour éviter les charges trop longues, et prennent ensuite le temps qu'il faut pour les placer et bien les sangler sur leur deux vélos électriques à remorques garés devant l'immeuble. Cela terminé, direction le nouvel appart de Fred, 1km plus loin dans le même quartier. Cette fois-ci le déchargement sera plus simple, l'immeuble est récent et cette fois-ci un ascenseur les attend...