Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Didier Bizet / Photography

Pyongyang Paris  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

Spectacle gigantesque à l'échelle de tout un pays, mis en scène par la dictature pour les touristes, la Corée du nord offre continuellement les mêmes images. Témoigner sur place avec objectivité est chose quasi impossible. Le touriste, comme le journaliste, est orienté pour capter des images selon des angles bien particuliers, mais surtout selon un scénario écrit et interprété par des «acteurs». Cette série photographique est elle aussi une fiction, elle n'a pas vocation de témoignage littéral. Elle est la suite de ce « récit » photographique que j'ai rapporté de mon voyage à Pyongyang en 2012. Mes images de Pyongyang-Paris montrent une réalité qui s'entremêle avec une fable moderne. J'ai réglé ma mise en scène avec ce touriste nord coréen tel que mes guides ont gentiment organisé la leur à Pyongyang. Mes images s'entrecroisent entre Pyongyang et Paris : un va et vient qui s'organise autour d'un parallèle fictif. Ce nord coréen si désuet découvre également un Paris «cliché» qui lui rappelle à son insu que l'échappatoire est impossible. Ce parallèle me permet d'essayer de comprendre ce qui nous est caché en Corée du nord. Quel est le réel quotidien de ces acteurs, que se passe t-il en coulisse ? Je suis resté sur ma faim après mon voyage en Corée du Nord. Je devais poursuivre ma quête. J'ai imaginé un touriste nord-coréen dans notre monde occidental. Réflexion idiote ? Simplissime ? L'imagination des Nord-Coréens est vide de questionnements, leur cerveau est vide d'extravagance, de fantaisie, de folie et d?inspiration. L'Occident est un concept confus, qui ne délivre que du mal et qui transmet a lui seul toute la négativité du monde moderne. La mascarade que vos guides vous préparent durant votre voyage était pour moi une farce, je leur renvoie aujourd'hui la balle en mettant ce « coréen » dans des situations absurdes et banales à la nord-coréenne. Ce double visage comparatif est pour moi une manière simple d?opposer deux mondes différents. La gravité est certes le discours classique que tient la presse, ils ont évidemment raison car les 25 millions de Coréens vivent dans une prison à ciel ouvert. Mon angle de vue est différent, la dérision et l'humour sont des stratégies qui vous permettent l'exploration visuelle. Aller plus loin dans la dérision, la caricature et le persiflage vous permet d'aborder la réalité de manière moins journalistique.